Archives mensuelles :

novembre 2016

Twelve était au gala de l’association caritative « Make a Wish »

Twelve était au gala de l’association caritative « Make a Wish »

Twelve était au gala de l’association caritative « Make a Wish » 1024 768 Twelve Consulting

Le 15 novembre 2016, Twelve était convié au gala « Make a Wish ».
Depuis plus de dix ans, Make-A-Wish® France collecte des dons pour réaliser les vœux d’enfants, de 3 à 17 ans, atteints d’affections graves ou handicapés. En 2015, ce sont 147 vœux d’enfants malades qui ont été réalisés !
Cette année, l’association à notamment permis à Grace de rencontrer l’international de basket Tony Parker ou encore à Mathilde, 11 ans, de vivre la vie d’une princesse pendant 2 jours sous les lumières de Paris.

Les Twelveurs sont très heureux d’avoir pu contribuer à cet évènement placé sous le signe de la générosité.


Dreamforce 2016 à San Francisco Outdoor avec Twelve Consulting

Dreamforce 2016 « L’Intelligence Artificielle au service de l’Intelligence Relationnelle »

Dreamforce 2016 « L’Intelligence Artificielle au service de l’Intelligence Relationnelle » 900 475 Twelve Consulting

Du 6 au 9 octobre derniers, 4 Twelveurs ont participé à Dreamforce 2016, l’événement annuel organisé par Salesforce à San Francisco. DF 2016 était-il un bon cru et qu’en avons-nous retenu ? Plutôt que de vous faire un inventaire à la Prévert de « tout ce que vous devez retenir de Dreamforce 2016 » nous avons préféré vous donner une vision un peu plus large de l’événement tant sur le fond que sur la forme.

 

L’économie de l’attention à l’ère de l’homo numericus

Nous avons créé plus de données en l’espace de deux ans que depuis le début de l’histoire de l’humanité. Cette surabondance est un élément de complexité pour les entreprises. Celles-ci n’exploitent que 20% des données qu’elles collectent et peinent de plus en plus à capter l’attention des clients finaux. Pour s’adresser au shopper d’aujourd’hui il faut du contenu pertinent, hyper-personnalisé et donc savoir utiliser toute l’information disponible et la rendre intelligente. Cette thématique était au cœur des keynotes du Dreamforce 2016 et constitue l’un des piliers de la roadmap de Salesforce pour les années à venir.

 

Davantage de contact humain grâce aux gains de productivité rendus possibles par l’IA

L’IA n’est pas une nouveauté en soi. On la retrouve déjà dans le milieu bancaire avec les robo-advisors qui recommandent des allocations de portefeuille en fonction du profil de l’investisseur, ou encore avec Julie Desk pour faciliter l’organisation de rendez-vous. La réelle nouveauté c’est Einstein, l’IA intégrée à l’ensemble de la plateforme Salesforce, car cela va permettre d’identifier des motifs répétés (patterns) que l’humain est incapable de voir seul dans les datasets.

L’humain n’est pas remplacé, il supervise et voit ses capacités augmentées. Salesforce va contribuer à renforcer l’intelligence relationnelle car son IA va automatiquement évaluer des données (en particulier les leads et les opportunités) afin de donner des « insights » aux commerciaux en leur suggérant le meilleur moment pour contacter un prospect ou encore les prochaines étapes dans le cycle de vente. Davantage de tâches chronophages et administratives pourront être déléguées à l’IA. Les gains de productivité vont libérer du temps qui pourra être consacré au contact humain avec le client.

 

Améliorer la réceptivité du client grâce à une stratégie de contenu et une logique de ciblage plus fines

Einstein va apporter des améliorations à l’ensemble des briques de la plateforme Salesforce. Les clouds Sales et Marketing vont recevoir des améliorations de leurs algorithmes de scoring afin de leur donner une dimension prédictive. Le risque d’attrition pourra ainsi être mieux évalué et il sera possible de réagir avant qu’il ne soit trop tard, par exemple avec un geste commercial. Salesforce va affiner l’analyse des signaux faibles sur les réseaux sociaux et scanner les boîtes de réception des commerciaux afin de faire ressortir les meilleures opportunités. Une nouvelle interface LiveMessage dont l’objectif est de centraliser les échanges avec le client sur une interface unifiée a été présentée. Celle-ci permettra d’engager la conversation avec le client sur son canal de préférence.

A plus long terme, on pourrait tout à fait imaginer que la brique E-Commerce issue du récent rachat de DemandWare pourrait être pleinement intégrée à la plateforme, en particulier à Service Cloud, Sales Cloud et Marketing Cloud.

 

Des promesses à concrétiser

Dreamforce c’est toujours un lot de surprises et d’effets « wow ». D’abord par le tour de force qui consiste à organiser en plein San Francisco un événement avec plus de 171 000 invités venant de 83 pays, à faire venir des guest stars pour des keynotes et à organiser des concerts (U2 cette année) !

Néanmoins nous avons été surpris par le manque de réelles nouveautés. La plupart des « annonces » étaient déjà connues depuis plusieurs mois. Même les use cases présentés étaient assez limités et ne permettaient pas de saisir tout le potentiel d’Einstein. Quant à la roadmap, elle est encore floue et pour le moment il est difficile de savoir à quel horizon nous pourrons réellement profiter des nouveautés. Rendez-vous en 2017.

 

P.S. Ci-dessous quelques photos de notre séjour à San Francisco, du keynote CEO Series et du concert de U2.

 

 

 

 

Salon RENT 2016 : les Twelveurs à la rencontre de notre futur environnement

Salon RENT 2016 : les Twelveurs à la rencontre de notre futur environnement

Salon RENT 2016 : les Twelveurs à la rencontre de notre futur environnement 1024 576 Twelve Consulting

En 2013, la première édition de RENT (Real Estate New Tech) voyait le jour. 3 ans plus tard, le salon s’est imposé comme un rendez-vous incontournable pour les professionnels de l’immobilier. Plus de 150 exposants y présentent leurs innovations technologiques à destination des acteurs du secteur avec pour objectif de « commercialiser l’immobilier ». RENT 2016 est donc l’opportunité pour les promoteurs, agences immobilières, administrateurs de biens, syndics de copropriétés etc. de réaliser une veille sur les technologies à l’origine de la transformation de la profession.

 

Ce qu’il fallait retenir de la conférence : « Les stratégies digitales des professionnels de l’immobilier » 

Après les transports, le tourisme, on parle désormais d’« Uberisation » de l’immobilier. Depuis quelques années on assiste à l’arrivée d’acteurs du numérique sur le secteur. Il est aujourd’hui évident que les nouvelles technologies sont au cœur de l’immobilier et il est de la responsabilité des différents acteurs de devenir acteur du changement en les considérant comme de véritables leviers de croissance et de pérennité. 76% des professionnels de l’immobilier estiment que les clients sont plus exigeants, c’est ainsi que le digital doit permettre de répondre à cette montée en exigence des clients.

Quelques exemples de mise en application du digital :

  • Mise en avant des agences, de biens à vendre sur les réseaux sociaux
  • Digitalisation de la transaction allant de la dématérialisation des différents documents jusqu’à la signature digitale sur smartphone
  • Visites virtuelles
  • Prise de RDV en ligne
  • Home staging virtuel permettant la valorisation d’un bien
  • Enrichissement des annonces
  • Prévisite grâce à la réalité virtuelle permettant une présélection des biens à faire visiter et un gain de temps pour les négociateurs
  • Géolocalisation d’un bien et de son environnement
  • Reportages photo réalisés par un professionnel pour valoriser l’annonce
  • Génération de trafic via Google
  • Campagnes mailing destinées à informer sur les nouveaux biens et les actualités d’une agence

 

Parmi les obstacles à la mise en œuvre de certaines technologies, les professionnels de la profession évoquent dans l’ordre : le manque de budget, l’« Uberisation » du secteur, les difficultés à évaluer le ROI et la résistance de certains clients au digital.

Henry Busy-Casaux (Président de l’IMSI-Institut du Management des Services Immobiliers) pense qu’il est important que les professionnels mettent l’accent sur leur activité de conseil et d’accompagnement humain et évoque le numérique comme un remède à l’inflation réglementaire. Il termine son intervention par « Uberisez vous vous-même ».

 

Ce qu’en pensent les Twelveurs : 

Une forte présence d’acteurs de l’imagerie (photo professionnelle, 3D, réalité augmentée etc.) et de la géolocalisation. On comprend ce phénomène lorsqu’ Arnaud Viallaneix (Directeur Marketing Communication et Digital Foncia) nous explique que le plan 3D a permis à Foncia de générer 3 fois plus de contact. L’idée étant de donner à un potentiel acquéreur le maximum d’informations lui permettant de se projeter dans son bien et de façon générale dans son futur environnement (immeuble, ville, etc.)

 

« Augment » fait son Friday Pitch chez Twelve !

« Augment » fait son Friday Pitch chez Twelve ! 1920 1280 Twelve Consulting

Il y a quelques semaines, Twelve a reçu 2 collaborateurs d’Augment dans le cadre de l’un de ses « Friday Pitch » : Michel  Sainte Rose, Head of Business Development EMEA et Edward Davidson, Account Executive EMEA. Pour rappel, depuis plusieurs mois, nous avons instauré ces rendez-vous « Friday Pitch » qui rencontrent un franc succès chez les Twelveurs : le principe est d’inviter une personne extérieure dont le secteur d’activité est innovant et en lien avec des sujets qui nous intéressent : la transformation digitale, le CRM, les solutions innovantes… . Michel et Edward sont donc venus présenter aux Twelveurs leur métier et leur application.

Fondée en 2011, l’entreprise Augment propose un accompagnement sur des projets de réalité augmentée (US/Europe/Asie). Très connue sur ce marché, l’entreprise a levé $3M auprès de Salesforce en début d’année, en intégrant la société comme « Sales Accelerator ».

Augment propose une application de scan (type QR Code) d’élément de réalité augmentée, sur iOs et Android, qui a été téléchargée 2 millions de fois. Misant sur le fait que les hardwares sont très développés aujourd’hui dans ce milieu (smartphone, tablettes…), ils se concentrent principalement sur les softwares, tant dans la création que sur la distribution.

Clients actuels  : Unilever, Siemens, Coca Cola, Accor Hotel, Nestlé, Skanksa / Aecom (Immo) …

 

Ce que nous retenons du Friday Pitch d’Augment

 

Augment propose via son application et des QR Code distribués de présenter des produits, pièces, éléments via un terminal type mobile / tablette, en réalité augmentée et de les disposer dans une pièce.

La solution est capable d’accompagner une entreprise dans ses projets de réalité augmentée, durant toute la chaine de création de de distribution :

  1. Conception : aide à la fabrication / partage d’un prototype… via un dessin Augment.
  2. Vente : Diffusion et positionnement d’un produit en magasin, en salon (etc…), via le terminal du prospect, dans un environnement réel qu’il connait.
  3. Marketing : PLV en réalité augmentée, gamification du parcours client, marketing offline via flyer ou catalogue (scanable via l’appli Augment).
  4. Commercial : Augmentation des taux de placement de PLV avec présentation en réalité augmentée
  5. Conversion : m-commerce plus performant (SDK sur un site e-commerce) et projet de a-commerce pour (augmented commerce).
  6. Tracking : Capable de tracker les scans Augment effectués et de lier les performances de ceux-ci à la conversion post-scan. Campagnes data-driven imaginables.
  7. CRM : Liaison de l’application Augment avec un CRM faisable.

 

Ce que les Twelveurs en pensent

 

Eric Foucault - Manager chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Eric Foucault – Manager chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l’expérience client

« Le rendu visuel des objets apparaissant en réalité augmentée est très réussi, l’utilisation est assez intuitive (faire pivoter les objets, les agrandir et rétrécir…). Au-delà du rendu, Augment est intéressant pour plusieurs raisons : sa capacité à se plugger à des outils métiers, le fait de pouvoir tracker le nombre de scans par modèle et de récupérer des informations associées, la solution autorise le chargement de modèles existants (mais Augment peut également réaliser les modèles), l’intégration au sein d’applications / de sites web de manière transparente. »

Eric Foucault, Manager @Twelve.

 

 

 

Pierre Rognion - Senior Consultant chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Pierre Rognion – Senior Consultant chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l’expérience client

« Augment nous a donné un aperçu très intéressant de ce à quoi pourraient ressembler le e-commerce et le retail de demain. En mélangeant de manière innovante l’expérience physique et virtuelle, cette technologie aisément accessible – à condition de disposer d’un smartphone assez puissant – permet au client de simuler facilement l’acquisition d’un objet, par exemple un meuble. Le degré de précision des modèles, le respect des échelles, ainsi que la possibilité d’animer les objets m’ont convaincu de la maturité et du potentiel de cette solution. »

Pierre Rognion, Consultant @Twelve.

 

 

`

Un grand merci à Michel Sainte Rose et Edward Davidson pour leur temps et la qualité de nos échanges !

 

Twelve Consulting
Suivez-nous sur Linked-in et sur Twitter !

Vous êtes

[contact-form-7 404 "Non trouvé"]