Les articles des Twelveurs

Scène du VivaTech 2018 - Paris

VivaTech 2018

VivaTech 2018 4032 3024 Twelve Consulting

Après quelques heures passées à VivaTech, je vous livre mes premières impressions sur les tendances constatées cette année.

Ayant participé à un certain nombre de conférences technologiques (CES, Dreamforce…), je dois avouer avoir été impressionné par la qualité des conférences auxquelles j’ai eu l’occasion d’assister : en un après midi, j’ai pu écouter Ginni Rometty (IBM), Bill McDermott (SAP), Chuck Robbins (CISCO), Satya Nadella (Microsoft), Dara Khosrowshahi (Uber) et Marc Zucherberg (Facebook). Une telle concentration de dirigeants, porteurs d’une vision (qu’on partage ou non) et dans un format très adapté (Firechat de 15 à 30 minutes) était un événement unique au monde.

Sur le fond, la grande tendance du moment me semble être le développement du collaboratif et de l’intelligence collective. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une nouvelle tendance mais le changement réside dans le fait que nous sommes en train de sortir du concept et des bonnes intentions, pour aller vers la mise en œuvre concrète du travail collaboratif à une très grande échelle.

Ce passage à l’échelle est rendu possible par le développement de l’intelligence augmentée (terme que je préfère à l’intelligence artificielle).

En analysant les compétences disponibles et les données sur les expériences et les projets déjà réalisées dans les entreprises, l’intelligence augmentée permettra la mise en place des groupes de travail plus efficaces, qu’il s’agisse des projets ou des taches à réaliser au quotidien.

VivaTech 2018 - The rise of the intelligent Economy

VivaTech 2018 – The rise of the intelligent Economy

L’intelligence augmentée était au cœur de nombreuses discussions avec notamment l’interrogation sur le danger que pourraient représenter le développement de l’autonomie des machines dans la prise de décisions (les amateurs de la suite des Terminator savent de quoi je parle).

La réponse la plus pertinente et en même temps la plus drôle était certainement celle de Yann Le Cun, en charge IA chez Facebook, pour qui la volonté de domination et de prise du pouvoir n’est justement pas un signe d’intelligence (une allusion a peine masquée au président américain actuel) mais d’un comportement ancré dans la nature / culture humaine qu’il sera impossible de reconstruire dans une machine.

La concomitance entre l’entrée en vigueur de la RGPD et de Viva Tech a placé la question de la gestion des données personnelles au cœur des débats. Sans apporter des solutions complétement aboutis, les startups investissent le domaine pour imaginer les solutions pour que chacun redevienne propriétaire de ses données et décide des frontières numériques qu’il souhaite établir avec les autres

 

Sadik Filipovic, associé chez Twelve Consulting

Sadik Filipovic, associé chez Twelve Consulting

   

RGPD - nouvelles réglementations sur la collecte et l'usage des données privées par Arielle Combes

« Faire autrement » avec le RGPD : challenge accepted !

« Faire autrement » avec le RGPD : challenge accepted ! 1920 1080 Twelve Consulting
Le 25 mai est arrivé et le RGPD…. aussi. Pas de souci, vous êtes en conformité depuis longtemps, votre projet a été bien mené et d’ailleurs vous appliquiez déjà presque toutes les règles… Je vous entends tousser ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls…
Bien souvent, le sujet ne passionne pas les foules, l’ampleur de la tâche est décourageante et on accuse même le RGPD d’être anti-business !
Pourtant, nous sommes à un tournant dans la gestion des données personnelles : le RGPD impose des changements drastiques dans le marketing digital et plus globalement dans les interactions avec nos clients.
C’est vrai que nous supprimons sans les ouvrir la majorité des emails commerciaux, les bannières sur nos écrans sont insupportables et notre confiance dans les réseaux sociaux est au plus bas…
De bonnes raisons d’agir ! Parfait, le RGPD propose 3 leviers pour sortir de cette impasse : la qualité des données, la confiance et l’expérience Client.
1 Des données plus propres. Le RGPD nous oblige à une remise à plat des processus clients. Il est temps de tordre le cou à ces fichiers Excel qui traînent, ces interfaces oubliées pour bâtir un CRM « augmenté », centre névralgique de la connaissance Client : moins de données mais de meilleure qualité et des traitements qui responsabilisent les équipes. Passons de l’artillerie lourde à l’orfèvrerie !
2 La confiance regagnée des clients. Bien sûr, certaines bases de données vont fondre avec la règle de l’opt-in mais en retour, on devrait voir augmenter le taux d’ouverture des emails. Un client qui vous dira « oui » est un client qui s’engagera car il adhère à votre proposition de valeur. A l’époque de la donnée-reine, c’est un don précieux qui valorisera vos offres d’aujourd’hui et plus encore celles de demain. Un changement de culture s’opère, ne le ratez pas !
3 Une meilleure expérience Client (ou Collaborateurs car ils sont aussi concernés). L’ensemble du parcours-client est à revisiter pour le rendre conforme : une excellente occasion d’aller plus loin, de challenger les formulaires surchargés, les questions redondantes et les informations inutiles. Rendez les clients acteurs de leur parcours, faites-en des partenaires, écoutez-les, expliquez encore et toujours vos objectifs et surtout les bénéfices partagés de cette nouvelle relation.
Alors oui, le RGPD nous bouscule, demande du temps et des efforts mais voyons-le comme un catalyseur pour une transformation profonde de notre approche Client.
C’est notre pari chez Twelve et nous allons tester ces beaux principes en les appliquant à nous-mêmes ! Ne ratez pas notre retour sur expérience que nous partagerons bientôt avec vous.

Arielle Combes - Manager chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Arielle Combes – Manager chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l’expérience client

J'irai Filmer Chez vous by Twelve Consulting

J’irai Filmer Chez Vous – Episode 1

J’irai Filmer Chez Vous – Episode 1 734 411 Twelve Consulting

C’est l’heure du #TwelveDuMois de Mai ! Pour l’occasion, nous lançons notre nouvelle série #JiraiFilmerChezVous qui vient illustrer les nombreuses expéditions des Twelveurs chez nos clients.  Aujourd’hui, immersion chez Bpifrance pour parler conduite du changement ! #FaireAutrement

 

Matthieu Heslouin - Chief Digital Officer chez Bpifrance

« Nous avons vraiment apprécié les Twelveurs et leur état d’esprit. Polyvalents, dynamiques, ambitieux et réalistes, ils ont réussi à être les acteurs du changement dans nos équipes en fédérant les métiers et l’IT autour d’un projet CRM commun, du cadrage au run, en passant par la mise en œuvre et la conduite du changement. »

Matthieu Heslouin – Chief Digital Officer chez Bpifrance

Emeric Daswani - Consultant chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Emeric Daswani

Pierre Rognion - Senior Consultant chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Pierre Rognion

#12duMois - Le starter pack - Bienvenue les nouveaux !

La famille Twelve Consulting s’agrandit !

La famille Twelve Consulting s’agrandit ! 1439 809 Twelve Consulting

Depuis janvier, 7 nouveaux Twelveurs ont rejoint l’aventure. Pour accueillir au mieux chacun de nos nouveaux arrivants, nous lançons notre Starter Pack en ce #TwelveDuMois d’avril ! Un kit clé en main pour un onboarding réussi dès les premiers instants. 

Twelve Consulting intègre le Club Bpifrance Excellence

Twelve intègre le Club BpiFrance Excellence !

Twelve intègre le Club BpiFrance Excellence ! 1080 720 Twelve Consulting

Une croissance remarquable, une implication à toute épreuve sur les sujets du digital, et une capacité à fédérer un réseau autour de problématiques communes : autant d’éléments qui ont contribué à la sélection de Twelve Consulting par Bpifrance pour faire partie de son Club Excellence ! Une récompense dont nous sommes très fiers ????

Malo Lesegretain et Amélie Landry au Hackathon de 42

Un Twelveur à 42 : Malo revient sur son hackathon à l’école 42

Un Twelveur à 42 : Malo revient sur son hackathon à l’école 42 1600 1204 Twelve Consulting

Un weekend au Hackaton HART à l’école 42 sous le signe de l’art et du digital. Mon témoignage de participant/Twelveur…

Fraichement arrivé chez Twelve, j’ai appris qu’un Hackaton était organisé par l’école 42, la fameuse école de code crée en 2013 par Xavier Niel, fondateur de Free.

Après nous avoir réunis dans une salle et exposé le projet, Christophe (Président de Twelve) nous a posé la question fatidique : « Alors, qui serait intéressé par une participation au Hackaton Hart à l’école 42 le weekend prochain ? ».

Je me suis porté volontaire. J’aime découvrir et tester, ça sera l’occasion de faire les 2. Entre temps, j’apprends que le thème du Hackaton est « l’art et le digital ».

À la bonne heure, je ne connais rien à l’art. Ça sera l’occasion d’apprendre !

 

Samedi, 8h20 :
La tête encore un peu lourde de la veille, le pas hésitant, je me lève, me dépêche de me préparer, et file vers le métro le plus proche. L’école 42 se situe au métro porte de Clichy, au nord-ouest de Paris. Je n’ai donc pas de temps à perdre si je veux arriver pour le début des ateliers à 9h30.

Samedi 9h30 :
J’arrive à 42, beau bâtiment moderne de 3 étages. En entrant, je suis salué par un ordinateur qui me souhaite la bienvenue à 42. Je descends tout de suite vers le 1er sous sol et fais connaissance des organisateurs. Petit changement de programme, je devais faire partie d’un groupe mais, on m’annonce que je serai plus utile en tant que coach.

Armé d’un pain au chocolat et d’un café (gentiment offerts par l’école 42), je pars à la rencontre des groupes. L’espace de travail est une grande salle avec une dizaine d’ilots ou s’affairent les différents groupes. Je découvre alors, des projets, mais surtout des personnes. Toutes différentes, avec des parcours très divers. Les gens sont tous très ouverts, prêts à parler d’eux et de leur projet. Je passe une bonne heure à tourner parmi les groupes et comprendre les idées.

Samedi 11h :
Je rencontre un groupe qui a pour projet une application de « gamification » des visites de musée. Le projet est encore un peu flou mais l’équipe me plait. Je décide de rester travailler avec eux. L’équipe est composée de 2 élèves de l’école 42, et d’un élève d’ICART, une école de management, tournée vers l’art.

Ensemble, on développe les fonctionnalités de l’application. Dès qu’une idée nous plait, on la creuse autant que possible, les compétences techniques des étudiants de 42 s’avèrent très utiles pour rester réalistes. Nous développons ainsi la maquette de notre projet dans l’après-midi. L’application consiste ainsi d’un Tinder de l’art (pour permettre d’analyser les gouts artistiques de l’utilisateur avant de lui proposer des musées/expositions à visiter). L’utilisateur, qui peut acheter ses billets directement à partir de l’application est ensuite invité à choisir le temps dont il dispose et le type de parcours qu’il veut effectuer (thème et durée). Ainsi, l’application est en mesure de proposer des quêtes ludiques, interactives et personnalisées pour permettre aux jeunes de profiter pleinement des musées, expositions et bâtiments historiques dont nos villes regorgent !

Fin d’après-midi :
Il est maintenant l’heure d’attaquer le business plan. C’est dessus que mon groupe sera jugé le lendemain. Il est donc impératif pour eux de faire bonne impression en étant bien préparés ! Vers 19h, nos prévisions financières sont prêtes pour le lendemain. Il ne reste plus qu’à créer quelques planches visuelles et mettre le tout au propre avant la présentation devant le Jury le lendemain à 14h. Rendez-vous le lendemain matin pour terminer tout ça !

Dimanche 10h :
J’arrive à 42, mon groupe de la veille est déjà là. Les maquettes sont prêtes, la présentation est en train d’être mise en place. Tout roule, je suis fier du travail accompli et impatient de savoir ce qu’en pensera le jury.

Dimanche 13h :
Déjeuner gracieusement offert par 42. J’apprends que je suis convié à faire partie d’un des jurys. Pour éviter les injustices, le groupe avec lequel j’ai travaillé ne passera pas devant moi, mais devant un autre jury

Dimanche 16h :
6 groupes sont venus pitcher devant les 3 autres membres du jury et moi-même. Je note chacun d’entre eux. Suite à chaque présentation, un temps nous est laissé pour débriefer et confronter nos choix. Une super expérience. Les meilleurs sont envoyés pitcher devant les invités qui commencent à arriver au cocktail de fin.

Dimanche 17h :
Tout le monde est convié dans un amphi pour écouter les gagnants. « Mon » groupe a su séduire le jury (dont faisait partie Amélie, associée chez Twelve) et a été choisi unanimement pour pitcher devant une salle pleine. Je suis fier d’eux.

Dimanche 18h :
Cocktail de fin, l’occasion de faire plus ample connaissance avec certaines personnes rencontrées ce weekend. Une belle expérience qui m’a fait réaliser l’ampleur du « vivier 42 » pour les jeunes entrepreneurs à la recherche de développeurs.

En tant que Twelveur, je fais également le rapprochement entre l’école 42 et nos locaux, 2 espaces ou le street art s’invite dans un lieu de travail; d’un côté avec une partie de la collection personnelle de Jacques-Antoine Granjon (co-fondateur de Vente-privée), de l’autre avec Spray collection, exposée dans les bureaux de Twelve et 1ère collection d’art urbain à avoir été exposée au grand palais lors de l’exposition Art Capital en février 2018.

Je tiens à remercier tous les organisateurs et les volontaires qui ont permis aux participants du Hackaton HART de se concentrer sur l’élaboration de projets originaux autour de l’art de du digital !

Malo Lesegratain - Consultant chez Twelve Consulting

Malo Lesegretain

chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l’expérience client.

Les étudiants au service de l'Expérience Client - ESCP

Les étudiants au service de l’Expérience Client

Les étudiants au service de l’Expérience Client 827 1170 Twelve Consulting

De gauche à droite : Alexandre Loth et Mathilde Piani, étudiants à l’ESCP ;
Thierry Boudès, Directeur du Master Spécialisé Stratégie, Conseil et Organisation de l’ESCP.


Retour d’expérience du Directeur du Master Spécialisé Stratégie, Conseil et Organisation de l’ESCP et de ses étudiants.

Qu’apporte Twelve Consulting au Master Spécialisé Stratégie et Organisation que vous dirigez au sein de l’ESCP

Thierry Boudès , Directeur du Master : Twelve Consulting intervient depuis presque 4 ans auprès des étudiants de l’ESCP de notre Master. Twelve permet aux étudiants une réelle mise en situation. Ils sont amenés à travailler sur des problé-matiques concrètes et ont la chance d’être accompagnés par une équipe de Twelveurs expérimentés. Ils apportent aux étudiants le savoir-faire et le « savoir-être » de profes-sionnels du conseil – véritable expérience que les étudiants pourront valoriser. À tra-vers les ICP (missions réalisées chez des clients), Twelve témoigne de sa volonté de transmission et d’ouverture de son réseau. Chacune des interventions du cabinet, que ce soit dans le cadre d’ateliers de design thinking, de l’ICP ou des apéros chez Twelve 🙂 rencontre un vif succès auprès des étudiants !



Que retenez-vous de votre expérience avec Twelve Consulting et avec ses clients ?

Alexandre Loth, étudiant à l’ESCP : Je suis intervenu pendant deux mois sur une mission ICP chez Cyrus, l’un des acteurs majeurs de la gestion de patrimoine. J’ai apprécié l’accompagnement de Twelve, qui m’a permis d’être un véritable consultant sur des sujets innovants. Twelve sait fédérer étudiants, clients et consultants afin de sti-muler l’expression de l’intelligence collective. J’ai également aimé l’approche globale de Twelve à la fois métier, expérience client et solution.
Par ailleurs, l’environnement au sein de l’équipe Twelve est propice au développe-ment personnel et laisse place à la créativité et aux initiatives. La bienveillance dont on parle beaucoup aujourd’hui est réellement présente au sein du cabinet.
Ce « vis ma vie » dans la peau d’un Twelveur était une super expérience et m’a appris le goût de l’exigence, la curiosité et la responsabilisation !

Malthilde Piani, étudiante à l’ESCP : J’ai pu travailler sur le business case d’une start up existante qui avait besoin de déve-lopper de nouveaux services. Au-delà de l’approche innovante de design thinking, Twelve a su faire émerger de nouvelles idées, en utilisant un outil ergonomique d’animation d’ateliers ; et a su nous challen-ger afin de faire grandir quelques idées concrètes. En effet, Twelve est en contact avec les start up et la French Tech, constam-ment en recherche de solutions adaptées à leurs clients qu’ils expérimentent au sein de leur cabinet. Je trouve l’approche intéressante.
Ce qui m’a le plus plu au sein du cabinet : l’esprit entrepreneurial, une réelle volonté de partage, de proximité, d’accessibilité des associés et managers ainsi que leur volonté de faire « autrement ».
Anecdote supplémentaire : je continue, en parallèle de mon master, de travailler avec la start up auprès de Twelve Consulting. J’ai aussi passé des entretiens au sein du cabinet pour un CDI !

 

Twelve Consulting en # ?

Thierry Boudès : #audace #exigence #transmission
Alexandre Loth : #intelligence collec-tive #curiosité #accompagnement
Mathilde Piani : #créativité #bienveil-lance #challenge #proximité

 

Twelve Consulting est un cabinet de conseil indépendant spécialiste de l’expérience client et collaborateur pour les secteurs de la banque, de l’assurance et de la santé. « C’est pour donner vie à mes idées que j’ai créé Twelve et j’essaie de transmettre cette dynamique autour de moi car je suis convaincu que la liberté d’entreprendre est une source d’inspiration inépuisable. » – Christophe AMOUROUX (MSY 1995), Président et Fondateur de Twelve Consulting.

 

 

 

 

Article publié dans ESCP Europe Magazine numéro 177 | MARS/AVRIL 2018

CES 2018 - Article 3 - Entre attentes et réalités

Le CES, entre attentes et réalité

Le CES, entre attentes et réalité 941 443 Twelve Consulting

Cette année, et pour la 2ème année consécutive, une équipe de 5 Twelveurs est partie à la conquête de l’Ouest américain, pour découvrir de nouvelles technologies, de nouveaux usages, s’inspirer, rencontrer des entrepreneurs innovants des quatre coins du monde… Malheureusement, notre soif de découverte n’a pas été pleinement satisfaite et nous n’avons pas eu l’effet WAHOOUUU tant attendu. Malgré tout, nous avons adoré ce voyage, et si vous nous posez la question : OUI, nous y retournerons sans hésitation.

 

La veille et l’expérimentation en avant-première

On ne va pas au CES pour découvrir l’innovation du siècle, mais c’est l’occasion de tester en avant-première des technos pas encore commercialisées aujourd’hui, qui sont apparues très récemment dans nos rayons, ou des versions améliorées de technos existantes.

Cette année, il y avait 24 thématiques regroupées en 9 grandes catégories au CES, réparties sur 255 000 m2 d’exposition. Cette semaine au CES est d’ailleurs probablement notre semaine record en termes de nombre de pas (26 000 pas par jour en moyenne selon mon appli santé) !!!

Le CES nous a permis de tester des usages qui seront sans doute demain le quotidien de nos clients. Parmi ceux-ci on retrouve :

  • Les objets connectés et leurs applications dans notre quotidien (en ville, à la maison, dans la cuisine, pour notre santé, nos enfants, nos parents, …)
  • La généralisation des assistants vocaux
  • Les petits robots de plus en plus attachants trouvant leurs usages dans le maintien à domicile
  • L’importance des réalités augmentées et virtuelles et leurs applications en santé, sport, éducation, culture (avec la startup Histovery par exemple), etc…

L’expérience était intéressante, mais pas parfaite pour autant. Nous aurions aimé avoir accès simplement à une information orientée veille (plutôt que vente) sur les différents secteurs : les chiffres clés, évolution du secteur, tendances, innovations de rupture, acteurs à ne pas manquer, par exemple.

De même, nous aurions préféré voir regroupés les acteurs d’un même secteur au même endroit (et éviter la dichotomie startups vs. grands groupes). Cela permettrait de :
1) Faciliter le réseautage au sein d’un même secteur en mixant gros, petit, technos, services et
2) Eviter de parcourir des kilomètres pour faire le tour d’une thématique. Par exemple, si vous étiez intéressé par la santé, il y avait de quoi faire sur les 3 sites différents : le Convention Center, le Sands Expo et le Tech South, tous éloignés de quelques kilomètres les uns des autres … de quoi faire grimper le compteur de pas !

Enfin, nous aurions aimé trouver cette distinction entre l’innovation incrémentale (la 5G, la TV 8K) et l’innovation de rupture pour ne pas passer à côté DU truc dingue à voir absolument !! Mais est-ce vraiment au CES qu’il faut chercher ces révolutions technologiques ?

 

La constitution de souvenirs communs

Le CES est un événement fédérateur qui nous a permis de partager des moments forts en dehors des murs de l’entreprise et de la routine professionnelle de chacun. Nous avons partagé des situations insolites et profité de ce CES pour nous créer des souvenirs communs : randonner dans des parcs naturels sublimes, assister au concert de Céline Dion, faire la fête au Caesars Palace, jouer gagner rejouer puis perdre à la roulette et au black jack, s’émerveiller devant le kitsch et le clinquant de Las Vegas à l’approche du nouvel an chinois… bref de belles expériences entre collègues.

Passer une semaine complète ensemble était une très bonne occasion d’apprendre à mieux se connaître et d’échanger sur nos bonnes pratiques au travail, sur nos missions et donc de s’enrichir de l’expérience des autres.

 

La French Tech et l’écosystème Français

Avec 365 exposants, dont 275 start-ups, la France était la 2ème délégation la plus représentée au CES, juste derrière les Etats-Unis. Le CES était donc l’occasion rêvée pour découvrir, voir ou revoir l’écosystème de la French Tech et échanger avec des entrepreneurs français dans un cadre atypique, détendu et fun.

En bons français que nous sommes, et amateurs de vin, nous avons bien évidemment craqué pour l’aérateur de vin connecté de la start up Aveine.

 

Conclusion

Voilà, en résumé, le fruit de notre expérience. Le nombre de stands donne le tournis, il y a probablement beaucoup de stands qui ne valent pas le détour, mais le CES donne une bonne idée des technologies mondiales concentrées au même endroit au même moment.

Pour finir, quelques conseils pour optimiser votre semaine là-bas dans le cas où vous souhaiteriez vous y rendre :

  • Ciblez vos thématiques de veille. Si vous y allez à plusieurs répartissez-vous les sujets, vous ne pourrez pas tout voir.
  • Préparer votre visite : glanez de l’information en amont, checkez les linkedIn et publi des speaker, planifiez vos conférences (attention aux distances entre chaque lieux

Restez ouverts, testez, participez aux events, et éclatez-vous à Las Vegas !!

Camille Abadie - Senior Consultante chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Camille Abadie

chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l’expérience client.

CES 2018 - Article 3 - Entre attentes et réalité

CES 2018, Episode 2 : Les technologies sensorielles

CES 2018, Episode 2 : Les technologies sensorielles 3264 2448 Twelve Consulting

Il y a 2 mois , je découvrais, dans le cadre du CES de Las Vegas, la folie américaine dans toute sa splendeur : Tours en or, faux ciels bleus, fontaines dignes de Versailles, reproductions de monuments célèbres… Je m’attendais à retrouver cette « folie » au salon. Mais qu’en a-t-il été réellement ?

 

Un salon à destination des commerçants

Sans vous spoiler notre prochain article, le CES est avant tout un salon où les commerçants viennent pour tester des produits et sélectionner les meilleurs pour leur prochain catalogue. On trouve de tout, mais les surprises sont assez rares car les améliorations technologiques ne provoquent pas l’effet WAHOU que le client recherche (on passe de la 4K à 8K pour les TV !! Youhouhou… ).

Pour autant, rétrospectivement, un fait m’a tout de même frappé : l’omniprésence de technologies faisant appel à nos sens pour offrir de nouveaux services.

 

Le langage et la vue en complément du toucher

Avec la démocratisation des smartphones/tablettes en tous genres, les services « touch » se sont (dé)multipliés ces 15 dernières années.

Le toucher, notre sens exploratoire, était parfaitement adapté à être le précurseur de nouveaux services et nouvelles formes d’interactions. Seule difficulté, ce sens requiert un intermédiaire technologique (smartphone, manette…) pour transformer le tactile en information or nous ne sommes pas tous égaux face à ces objets, notamment en fonction de l’âge.

Nous avons ainsi constaté qu’un grand nombre d’exposants du CES se tournent vers de nouvelles formes d’interactions afin de simplifier l’expérience client et utiliser au mieux chaque récepteur sensoriel pour pousser de l’information et des services adaptés et personnalisés à chaque client.

 

Analysons de plus près les nouveaux services proposés par canal sensoriel :

  • Le GOÛT et l’ODORAT: Ces 2 sens sont étroitement liés et sont tous deux liés à des aires cérébrales qui influent sur nos besoins primitifs mais également nos émotions. Concernant le goût, nous distinguons 4 saveurs et nos papilles gustatives ne sont pas les plus adaptées à recevoir des informations à fortes valeurs ajoutées. En revanche, l’odorat intéresse particulièrement, et de plus en plus, nos amis du marketing.

Par exemple, des startups spécialistes de la construction de parfums proposent de faire vivre des expériences « émotionnellement immersives » aux utilisateurs : le client d’une cave à whisky et hésitant entre plusieurs bouteilles serait en mesure de « goûter » chaque bouteille, sans les ouvrir, grâce à une reconstitution du parfum de chaque bouteille

  • L’OUÏE : Détaillé dans l’article de Sadik Filipovic, ce mode d’interaction est très prometteur et intuitif (surtout pour des interactions courtes) mais encore limité par l’apprentissage d’une langue (cf. Alexa d’Amazon qui peine à apprendre la langue de Molière).
  • La VUE : « Le cerveau analyse 50 à 100 images par seconde mais pourrait en traiter 300 ». En comparaison au langage dont le débit est de 5 mots lus en moyenne par seconde (3 prononcés), on comprend tout de suite qu’une expérience immersive ou augmentée permet de pousser beaucoup plus d’informations à un utilisateur en 1s que ce que permettrai la voix dans le même temps.

Les cas d’usage se multiplient : apprendre en revivant des grands moments de l’Histoire, éduquer sans danger, guide de procédure en temps réel…

On se rend cependant vite compte que pour que l’expérience soit satisfaisante, il nécessite d’importants investissements en terme de graphisme.

 

Demain… des technologies pluri-sensorielles ?

En conclusion, certes les technologies liées à la voix étaient dominantes au CES. Mais il ne serait pas surprenant que d’autres liées à la vue (réalité augmentée, réalité virtuelle…) prennent de l’ampleur dans un avenir proche et que des usages multi-sensorielles voient le jour prochainement. Des rumeurs circulent d’ailleurs sur d’hypothétiques lunettes connectées en cours de développement chez Google et Apple. Ces lunettes pourraient être vendues à grande échelle et devenir les remplaçantes des défuntes Google Glass qui n’étaient au final qu’un prototype testé à petite échelle. De là à y intégrer un diffuseur de parfums, un micro et une oreillette… ça ferait sens !

Header de notre nouveau site avec les Twelveurs

Notre nouveau site est né !

Notre nouveau site est né ! 1262 693 Twelve Consulting

Nous sommes très fiers de vous annoncer la naissance de notre nouveau site pour #LeTwelveDuMois de février ! C’est du 100% pur jus de Twelveurs ! Bravo Pierre Guillou Pamela Wajsman Thomas Thieffry Pierre Rognion Christophe Amouroux Fabrice Fouchan pour cette belle réalisation qui nous ressemble et porte bien nos couleurs ! https://buff.ly/2G2OOvN

Pamela Wajsman - Consultante chez Twelve Consulting

Pamela Wajsman

Pierre Guillou - Ux Designer chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Pierre Guillou

Pierre Rognion - Senior Consultant chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Pierre Rognion

Christophe Amouroux Président et fondateur de Twelve Consulting

Christophe Amouroux

Vous êtes