La tokenisation, ou comment la blockchain va transformer la société

La tokenisation, ou comment la blockchain va transformer la société

La tokenisation, ou comment la blockchain va transformer la société

La tokenisation, ou comment la blockchain va transformer la société 1024 491 Twelve Consulting

Depuis quelques mois, on entend régulièrement parler du bitcoin et de ses records. Les journalistes rivalisent de titres chocs “est-ce une bulle ?”, “est-ce une pyramide de Ponzi ?”, ou encore “va-t-il déclencher une nouvelle crise économique ?”, etc. Ces titres — tantôt alarmistes, tantôt accrocheurs — sont souvent le reflet d’une incompréhension face à une véritable révolution peut-être aussi importante qu’Internet. Je veux ici parler de la blockchain et des évolutions technologiques, économiques et sociétales qu’elle induit via le phénomène de tokenisation.

Au fait… c’est quoi la tokenisation ?

La tokenisation consiste à convertir les droits liés à un actif en jetons numériques sur la blockchain. Cela revient donc à dire par exemple que le prix d’un immeuble x est de y jetons de z sorte. Les intermédiaires financiers et technologistes s’y intéressent de très près car le transfert sur la blockchain d’actifs “réels” permet de cumuler les avantages d’un protocole comme Bitcoin (dont l’absence de papier) tout en conservant les caractéristiques de l’actif. Le fait de convertir en tokens des actifs relativement illiquides (immobilier, art…) et de les rendre échangeables sur un marché permet de réduire les frictions aux échanges. Nombre d’actifs traditionnels vont sûrement être tokenisés, car ils risquent de toute manière de perdre leur prime de liquidité s’ils ne le sont pas. Le secteur de l’immobilier par exemple pourrait se voir prochainement disrupté par les technologies blockchain, et il est loin d’être le seul.

Le développement des tokens a également un impact sur le mode de financement. Un nombre exponentiel de projets se financent en créant et vendant leurs propres tokens via des campagnes de crowdfunding sur la blockchain. L’Ethereum et sa logique de contrat intelligent (smart contract) ont rendu possibles ces sortes de Kickstarter où l’on obtient des tokens en échange de notre contribution à un projet. A première vue, on pourrait croire que c’est simplement un nouveau moyen pour se financer, de la même manière qu’une entreprise classique distribue et vend des actions. Mais en y regardant de plus près, cela va bien plus loin. Fred Ehrsam, l’un des cofondateurs de Coinbase a écrit un excellent article à propos de l’émergence de ce nouveau modèle décentralisé. On y retient que les principales caractéristiques des tokens sont les suivantes :

  • Les tokens constituent une devise utilisée par le protocole/l’application/le service qui les émet
  • Les contributeurs d’un projet sont directement rétribués à mesure de leur investissement en tokens
  • Ces tokens peuvent être échangés contre n’importe quelle devise (par exemple contre des euros ou des dollars) car ils sont sur la blockchain

 

Par exemple Filecoin. Filecoin est un système de stockage de fichiers décentralisé. Contrairement à Dropbox, Google Drive ou encore iCloud, il n’y a pas d’opérateur central sur le réseau. Ce qui rend la censure et le hacking quasiment impossibles. Les personnes qui ont investi dans le projet Filecoin via leur ICO seront rétribués en tokens. Appelons ces tokens FILE. Le nombre de FILE qui leur sera distribué dépend de la somme qu’ils auront investi.

Ce FILE token est dit “utilitaire” car il assure le fonctionnement même du service. Je peux tout à fait utiliser mes FILE pour acheter de l’espace de stockage sur le réseau Filecoin. De même, si je mets à disposition du réseau mon espace de disque inoccupé, je contribue au réseau et serais ainsi rémunéré en FILE. Avec les FILE que j’achèterais ou que je gagnerais en partageant mon espace de stockage, je pourrais :

  • Acheter de l’espace de stockage sur le réseau
  • Les garder si je pense que leur valeur va augmenter
  • Les échanger contre ma devise locale (EUR, USD, etc.)

 

Filecoin sera lancé prochainement, mais d’autres services similaires existent déjà comme Storj et Siacoin. Bien sûr, il n’y a pas qu’un marché pour de l’espace de stockage. Il y en a aussi pour de la puissance de calcul (Golem), pour l’énergie (PowerLedger), pour de l’IoT (VeChain, Modum, Waltonchain) et de nombreux autres usages qu’il serait trop long de détailler ici.

Cela va donc bien au delà d’un simple moyen de financement. Ces projets créent leurs propres écosystèmes économiques, via la mise en place d’un modèle d’organisation décentralisée. Dans ce modèle il n’y a pas de société ou d’autorité centrale et la propriété est répartie entre tous ceux qui possèdent les tokens. C’est une organisation unique rendue possible par la combinaison de deux technologies, internet et les cryptomonnaies, et c’est la raison pour laquelle des millions de personnes se précipitent sur des plateformes d’échange comme Binance pour investir dans ces projets d’un genre nouveau.

 

Conclusion

La technologie blockchain est une révolution au sens copernicien du terme. C’est un changement de perspective complet, un nouveau paradigme technologique, économique et sociétal encore peu compris à l’heure actuelle, y compris par les économistes médiatisés comme Paul Krugman, Joseph Stiglitz, ou encore des investisseurs légendaires comme Warren Buffet, qui abordent le sujet sans évaluer l’aspect technologique à sa juste valeur.

Il est clair que l’engouement actuel pour les technologies blockchain — et en particulier les cryptomonnaies — est d’une telle ampleur qu’il peut faire craindre une bulle. Sur l’ensemble des projets, pour un succès majeur il y aura sûrement une poignée de succès mineurs et des centaines d’échecs. Il ne faut pas non plus négliger les ICO frauduleuses qui ne manqueront pas de ruiner plus d’un investisseur imprudent. Il est aussi inquiétant de voir des ménages qui s’endettent pour acheter des bitcoins.

Il n’en demeure pas moins que le modèle des tokens est particulièrement subtil et ingénieux. Il permet à des communautés de se gouverner d’elles mêmes (par exemple en permettant aux détenteurs de tokens de voter afin de déterminer comment un protocole doit évoluer), de les gérer économiquement et d’ouvrir les échanges à l’échelle mondiale et d’une manière qui était jusque là inenvisageable.

Article originellement publié sur Medium. Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez en savoir plus sur les grandes tendances de la blockchain et des cryptos, cet article devrait vous intéresser

 

 

Pierre Rognion - Senior Consultant chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Pierre Rognion
Senior Consultant chez Twelve Consulting

Contactez-moi pour en savoir plus.

Vous êtes