Ce qu’il faut retenir du London’s Fintech Expo de décembre 2015

Ce qu’il faut retenir du London’s Fintech Expo de décembre 2015

Ce qu’il faut retenir du London’s Fintech Expo de décembre 2015

Ce qu’il faut retenir du London’s Fintech Expo de décembre 2015 1023 682 Twelve Consulting

Dédié à la Finance et l’Assurance, la conférence London’s Fintech Expo qui se déroulait du 8 au 9 décembre 2015 rassemblait Fintechs, Insuretechs, banques traditionnelles et cabinets de conseil autour de conférences, workshops et sessions de showcase.

La spécificité des sujets fait échos aux missions que Twelve effectue chez ses clients. Sixtine et Normann, deux Twelveurs présents sur place, nous font part de leur analyse.

Ce qu’il faut retenir de la conférence

Trois axes majeurs dans les débats :

  • La nécessité d’acquérir une meilleure connaissance client par une utilisation optimale de la Data collectée
  • Les enjeux soulevés par les nouveaux entrants et nouvelles technologies dans l’assurance
  • La démocratisation des services financiers : nouveaux clients, nouveaux investisseurs

 

  1. Comment utiliser le Big Data pour proposer des offres et services sur mesure à chaque client?

La connaissance client est un enjeu majeur de la révolution digitale. Elle permet de fournir aux clients des produits et services personnalisés, et adaptés à leurs besoins par une segmentation plus fine.

Les institutions financières traditionnelles possèdent déjà une importante base de données Client, construite au fil du temps. Les Fintechs, par leur plus grande capacité d’innovation, développent des solutions digitales qui optimisent simultanément la collecte de nouvelles données et l’utilisation de la Data existante.

Ces outils transforment la donnée Client brute en informations exploitables tout en intégrant de nouvelles variables – comportement de l’investisseur/de l’assuré, préférences en terme d’investissements/de produits et centres d’intérêt, aux paramètres traditionnels – potentiel d’investissement et profil de risque.

Il s’agit de remettre l’utilisateur au cœur du modèle économique. « Nous avons tendance à toujours parler de technologie alors qu’il faut parler de l’humain » (Jamie Macgregor, Senior vice-président de la practice Assurance chez Cellent).

 

  1. Dans l’assurance, quels sont les enjeux soulevés par l’arrivée de nouveaux acteurs (Insuretechs et « assurances engagées »), de nouvelles technologies?

 Le secteur de l’assurance est en pleine transition. Il passe d’un modèle basé sur une offre uniforme à une personnalisation pointue, notamment grâce à l’Internet des Objets (IoT). Ces outils mesurent les comportements des assurés, accroissant et optimisant la connaissance client.

Pour Andrew Brem, Chief Digital Officer d’Aviva, « l’IoT permet l’ultime sur-mesure de l’offre client ».

Ce secteur fait aussi face à quatre changements majeurs :

  • La désintermédiation entre producteur et vendeur de produits d’assurance
  • L’exploitation de nouvelles données client dans le pricing des produits
  • La transformation de la relation assureur/assuré : le client a un accès facilité à l’information, il demande plus de transparence et de contrôle sur ses assurances.

« L’assureur, comme le banquier, devient un partenaire de vie pour le client » (Jamie Macgregor)

  • L’émergence de nouveaux acteurs comme les Insuretechs (Oscar et Vitality par exemple) et les « assurances engagées » qui apportent de nouvelles façons de s’assurer. L’Insuretech Inspeer par exemple, propose à ses utilisateurs de partager leurs franchises d’assurance avec sa communauté d’assurés afin de diluer le risque.

Ces transformations ont deux principaux impacts sur les modèles actuels :

  • Elles favorisent la diminution du risque grâce à des outils de mesure plus perfectionnés, innovants et en temps réel
  • Elles nécessitent d’adapter l’offre Produits par de nouvelles manières de s’assurer ou encore de réfléchir à la question de la responsabilité du client (exemple des voitures sans conducteur de Google et Apple).

 

  1. La démocratisation des services financiers : Comment capter de nouveaux clients et investisseurs ?

Deux thématiques ont particulièrement retenu notre attention :

  • Cibler de nouveaux clients : marchés émergents et populations « underbanked »

L’ouverture des services financiers à cette nouvelle population favorise leur intégration sociale et financière. Cette démocratisation est observée dans les pays développés comme dans les pays émergents.

Vodafone M-Pesa et TransferTo se sont positionnés sur les marchés émergents, en fournissant un service de transfert d’argent via téléphone mobile. Ils se focalisent sur des régions isolées, difficilement accessible par les acteurs traditionnels et nécessitant une adaptation des services proposés (peu d’accès internet, faible recensement de la population, difficulté de vérification d’identité…).

Ces acteurs ont observé de réelles opportunités en termes de gain de part de marché et de ROI sur ces marchés.

  • Développer le financement participatif pour répondre à la demande des investisseurs.

L’économie participative est de plus en plus présente.

Le développement d’approches alternatives avec le crowdfunding ou le peer-to-peer lending répond à la demande de tous les types d’investisseurs.

En effet, ils cherchent à donner du sens à leurs investissements, à être acteur de leur stratégie. Les critères qualitatifs des projets financés évoluent. Il ne s’agit plus uniquement de ROI, les investisseurs recherchent également un impact sociétal positif.

« Le P2P lending est un service additionnel, qui vient en soutient des services financiers existants. Il permet la diversification de l’offre proposée aux clients » (Juan Jimenez Zaballos, Directeur de CIB Corporate Innovation au sein du groupe Santander)

Dans ces deux domaines, les Fintechs permettent de rendent accessibles les services financiers à un public plus large et moins averti. Les banques traditionnelles quant à elles, doivent se positionner sur ces marchés, en choisissant leur cible client.

 

Ce que les Twelveurs en pensent

 

 

Sixtine Bouchaud

Sixtine Bouchaud

 

Normann Beck - Senior Consultant chez Twelve Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l'expérience client

Normann Beck

Au-delà de ces sujets, cette conférence nous a offert une large revue des typologies de services proposées par les Fintechs :

  • Services bancaires
  • Moyens de paiements
  • Financement participatif
  • Gestion d’actifs et de patrimoine
  • Assurance
  • Sécurité et règlementation

Nous constatons – notamment au travers de la participation des banques traditionnelles à la conférence – une évolution dans leur relation aux Fintechs. Le développement de partenariats et de collaborations fait émerger des synergies entre ces acteurs, au-delà des acquisitions réalisées jusqu’à présent.

De ces synergies dépendent la pérennité des Fintechs et de leurs modèles disruptifs, tout autant que la modernisation des banques traditionnelles.

 

Un article de Sixtine Bouchaud et Normann Beck.

Twelve Consulting
Suivez-nous sur Linked-in et sur Twitter !