Evenements

Dreamforce 2017 : L’IA et Einstein au coeur des nouveaux usages

Dreamforce 2017 : L’IA et Einstein au coeur des nouveaux usages

Dreamforce 2017 : L’IA et Einstein au coeur des nouveaux usages 460 330 Twelve Consulting

Suite et fin de notre série sur le Dreamforce 2017. Vous pouvez retrouver nos deux précédents articles : « Dreamforce 2017 : Einstein et les Trailblazers à tous les coins de rue » et « Le 1er Twelve Talk sur l’influence de l’art urbain sur l’UX… et nos meilleurs clichés« . Cette année, l’intelligence artificielle était au coeur de la majorité des échanges et Marc Benioff (CEO de Salesforce) a clairement affiché sa volonté d’adopter les dernières avancées technologiques – en particulier en matière d’IA – et d’investir dans l’éducation avec Trailhead et des partenariats. 

L’intelligence artificielle est sujette à de nombreux fantasmes ces derniers temps. Mais loin de Terminator et des films de science fiction, notre usage de l’IA est aujourd’hui beaucoup plus terre-à-terre. Selon Nicolas Sekkaki, président d’IBM France : « L’essence de l’IA, c’est la data. Aujourd’hui, la data est aussi précieuse pour les entreprises que le pétrole. Si on arrive à bien l’extraire, cela peut être très fructueux, et on peut l’utiliser pour divers projets. Mais la data est surtout précieuse pour améliorer l’expérience client. C’est ce qu’ont fait Airbnb, Uber …  Ils ont étudié la data de leur cible, et ont adapté leur service » .

C’est justement ces recherches très coûteuses pour exploiter la data que seuls les GAFA pouvaient se permettre qui sont démocratisées et rendues accessibles par Salesforce via ses technologies Einstein. La promesse de Salesforce est très forte, car selon eux il n’y aura plus besoin – grâce à MyEinstein – d’avoir des data scientists pour faire de l’IA. D’ici quelques années, la plupart des entreprises seront assistées par de l’IA d’une manière ou d’une autre. Cette conférence nous a particulièrement plu à ce sujet (cliquez ici). Si les fonctionnalités d’IA étaient déjà présentes au précédent Dreamforce, cette année nous en avons vu des cas d’usage précis via des démonstrations live.

Einstein (nom donné à l’Intelligence Artificielle de Salesforce) et sa capacité à personnaliser son expérience de la plateforme étaient clairement le point central du Dreamforce. On en trouve des déclinaisons dans tous les produits Salesforce, que ce soit Sales Cloud, Service Cloud, Marketing Cloud ou encore Commerce Cloud.

Parmi l’ensemble des nouveautés, plusieurs d’entre elles ont retenu notre attention :

* Le partenariat entre Salesforce et Google : C’est sans doute l’une des principales annonces du Dreamforce. On peut s’attendre à voir en 2018 une intégration profonde de la Google Suite dans Salesforce, avec notamment la possibilité de modifier des records Salesforce directement dans Google Sheets. Les données de Google Analytics pourront aussi être disponibles sur Salesforce et être utilisées par exemple dans le cadre de campagnes marketing.

* myEinstein : Cette fonctionnalité majeure est le reflet de la volonté d’aider les utilisateurs, qu’ils soient développeurs ou admins, à customiser leur instance de Salesforce avec de l’intelligence artificielle. Cette année Salesforce a fait la démonstration d’outils présentés sous la forme de formulaires à partir desquelles on peut créer un modèle prédictif d’intelligence artificielle sans que cela nécessite des compétences en programmation/data scientist, y compris pour des champs et objets custom. La promesse est forte et nous y croyons. Reste maintenant à Salesforce d’être à la hauteur des attentes. Nous avons hâte de tester MyEinstein nous-mêmes pour nous en faire notre propre idée.

* myTrailhead : On ne présente plus Trailhead, le site permettant d’apprendre à utiliser Salesforce de manière ludique. Celui-ci va connaître une déclinaison dénommée myTrailhead, qui permettra de créer une plateforme d’apprentissage personnalisée selon les besoins du client.

* myLightning : Cette fonctionnalité offre la possibilité de modifier le thème de l’interface Lightning pour le personnaliser en fonction de l’entreprise.

* Quip : La solution de documents collaboratifs dont Salesforce a fait l’acquisition se voit enrichie de nouvelles fonctionnalités. L’accent a été mis sur la visualisation de données en temps réel : compteurs, calendriers, enregistrements salesforce. Si par exemple on met à jour un enregistrement dans Salesforce, le document Quip se met à jour en temps réel.

Ce Dreamforce 2017 n’aura peut-être pas été celui des annonces fracassantes – contrairement à celui de 2016 où Einstein avait été annoncé – mais il témoigne parfaitement de la volonté de Salesforce d’adopter les dernières avancées technologiques, que ce soit dans l’intelligence artificielle, l’internet des objets ou encore les solutions collaboratives.

Si vous souhaitez voir les vidéos de Dreamforce, vous pouvez vous rendre ici.

Dreamforce 2017 : Einstein et les Trailblazers à tous les coins de rue

Dreamforce 2017 : Einstein et les Trailblazers à tous les coins de rue 1024 721 Twelve Consulting

Au début du mois de Novembre, nos quatre Twelveurs Amélie, Arnaud, Clara et Pierre se sont rendus à San Francisco afin de participer au Dreamforce 2017.  Cette année, c’est plus de 170 000 visiteurs qui ont pris d’assaut le centre ville de San Francisco. Plus de 2500 conférences réparties sur 4 jours (6-9 novembre), des quartiers centraux de San Francisco quasi privatisés, ainsi que des intervenants internationalement connus : Michelle Obama, Ashton Kutcher, Mark Cuban, Laurene Powell Jobs, will.i.am, Diane Greene et Ginni Rometty pour n’en nommer que quelques uns. Retour sur cet événement à l’organisation bien rodée. A suivre, deux articles sur notre expérience californienne : « Dreamforce 2017 : L’IA et Einstein au coeur des nouveaux usages » et « Le 1er Twelve Talk sur l’art urbain et son influence sur l’UX… et nos meilleurs clichés« .

Pendant quatre jours, la ville vit véritablement au rythme de Salesforce. On trouve des panneaux publicitaires partout, les restaurants et bars sont complets et il est difficile de trouver une chambre d’hôtel… Une expérience à elle seule impressionnante, car vous l’imaginez bien, 170000 trailblazers dans les rues, ça ne passe pas inaperçu ! 

Ces quelques jours sont clés dans la stratégie de Salesforce. Au delà des conférences, c’est une démonstration de force pour la marque et son CEO Marc Benioff. Et pour cause, Salesforce alloue plus ou moins 50% de ses bénéfices aux ventes et marketing, et le Dreamforce représente une part considérable :

Salesforce est aussi visible lorsqu’on arrive à San Francisco. Sur la photo ci-dessous on distingue nettement la Salesforce Tower, encore en cours de construction et qui devrait être l’une des plus hautes tours de la côte ouest américaine :

Dans notre second article sur le Dreamforce, retrouvez les principales nouveautés et comment Salesforce mise sur l’IA.

Bonus

Le concert Dreamfest avec en tête d’affiche Lenny Kravitz et Alicia Keys.

 

Friday Pitch Praditus

Friday Pitch Praditus 844 675 Twelve Consulting

Depuis la création de Twelve il y a trois ans, nous avons reçu dans nos locaux une cinquantaine de strat-up ayant développé des solutions innovantes en matière d’expérience client. Ces « Friday Pitch », jusqu’à présent réservés à nos Twelveurs, sont désormais ouverts à nos clients, partenaires et étudiants.

Convaincus que pour faire vivre de belles expériences à nos clients, il faut commencer par les vivre nous-mêmes, nous avons décidé de vous présenter PRADITUS (qui signifie « être doué » en latin), une plateforme de développement professionnel et personnel qui a repensé l’engagement des collaborateurs au sein des entreprises.

Nous avons le plaisir d’accueillir Yohan Ruso, CEO de Praditus le vendredi 27 octobre 2017 à 17h30

Microsoft dévoile sa vision de l’entreprise du futur à son événement annuel

Microsoft dévoile sa vision de l’entreprise du futur à son événement annuel

Microsoft dévoile sa vision de l’entreprise du futur à son événement annuel 943 673 Twelve Consulting

Du 9 au 12 juillet dernier, Manon, Eric, Markus et Christophe ont participé au « MS Inspire » de Washington, l’événement annuel qui réunit les partenaires de Microsoft, soit 17 000 participants. Cette conférence était l’occasion pour Twelve de mieux cerner la vision de Microsoft, de nous inspirer des nouvelles solutions mais aussi de partager des moments d’échanges privilégiés – et festifs 😉 – avec nos interlocuteurs Microsoft. Manon nous restitue ci-dessous ce qu’elle a retenue de son séjour à Washington. 

STRATÉGIE ET NOUVEAUTÉS :

Lors de sa keynotes d’introduction, Satya Nadella nous a présenté sa vision des enjeux de transformation de l’entreprise : responsabiliser les salariés, engager les clients, optimiser les opérations et transformer les produits. Pour répondre à ces enjeux, il a décliné la stratégie produit de Microsoft autour de 3 axes :

1. Donner un espace de travail moderne aux collaborateurs : diverses démonstrations ont mis en avant l’effort fourni par Microsoft pour construire une offre (via Microsoft 365) qui donne aux équipes plus de créativité, de sécurité et de proximité, tout en respectant la réalité du multi-device.

Quelques exemples :

  • la possibilité d’intégrer des images 3D dans nos présentations PowerPoint ;
  • la facilité de manipulation de la Surface Hub, avec l’exemple d’un tableau dessiné sur le mur blanc, automatiquement transformé en tableau Excel avec possibilité de tri.
  • la détection automatique de documents confidentiels dans Word via Azure ;
  • l’innovant « Youtube interne » Stream où les vidéos sont instantanément retranscrites à l’écrit et traduites. La détection automatique des speakers et la recherche par mot clé permettent de tomber directement sur la partie de la vidéo qui nous intéresse. Enfin, il est possible de gérer la visibilité des vidéos et suivre les vues et partages en live.

 

2. Fournir des applications au plus proche du métier. Au-delà du CRM Dynamics 365 devient, l’application métier centrale de Microsoft couvrant les process de bout en bout. Nous avons d’ailleurs pu voir de plus près la tant attendue intégration de LinkedIn dans Dynamics 365. 2 offres sont disponibles depuis ce mois de juillet :

  • « Dynamics 365 for Talent » à destination des services RH. Ce nouveau module RH interconnecté avec « LinkedIn Recruiter » permet notamment une bascule automatique d’un candidat LinkedIn dans Dynamics, de visualiser ses recommandations ou encore de gérer son onboarding dans l’entreprise.
  • L’intégration de « LinkedIn Sales Navigator » dans Dynamics 365 qui permet de voir dans le CRM le profil d’un contact, son réseau professionnel et d’obtenir des recommandations d’autres contacts. Une dimension de social-selling que Twelve a hâte de tester.

 

3. Personnaliser l’expérience client et innover dans les usages à partir de la plate-forme Azure qui amène l’intelligence et la mémoire. Quelques exemples autour d’un chatbot ont montré le potentiel de cette offre :

  • la gestion automatique des traductions avec un bot qui change de langue si l’utilisateur écrit dans un langage différent ;
  • la reconnaissance vocale ou encore la gestion des émotions (le bot rassure l’utilisateur s’il a l’air triste sur la caméra) ;
  • le traitement des images si une photo supposée être personnelle provient du web ;

Retrouvez les démonstrations en images ici : https://www.youtube.com/watch?v=eH3EFTwe53M

NOUVELLE ORGANISATION

Pour exécuter sa stratégie, Satya Nadella nous a présenté une importante réorganisation, probablement la plus conséquente de ces dix dernières années.

L’organisation MS, relativement complexe jusqu’à présent, se décline désormais autour de 3 pôles : One Partner, One Enterprise, One Solution.

Nous détaillerons ici « One Partner », qui nous concerne directement et qui concentre les plus gros changements.

One Partner est structurée en 3 branches :

  • Build-with : accompagne les partenaires dans leur développement. Auparavant les partenaires étaient accompagnés par autant d’interlocuteurs que de segments « Produit ». Aujourd’hui, un unique interlocuteur est désigné, une manière de simplifier les échanges et surtout de jouer au maximum la complémentarité entre les différentes offres
  • Go-to-market : une « solution map » va être élaborée afin d’aider les partenaires à construire et à promouvoir des solutions sectorielles.
  • Sell-with : Découpée en six industries, cette équipe devra trouver dans la « solution map », le partenaire qui répond le mieux aux besoins clients.

 

Cette réorganisation est une bonne nouvelle pour Twelve, car son orientation métier et usage correspond parfaitement à notre positionnement et à nos expertises #experienceClient #BanqueAssuranceSanté

Nous rentrons de Washington « inspirés » et confiants sur la capacité des produits et des hommes Microsoft à accompagner nos clients dans leurs transformations. Au-delà des keynotes, les « French Parties » et autres visites de la ville de Washington, font aussi partie des grands moments pour les heureux twelveurs qui ont fait partie du voyage. A qui le tour pour Las Vegas 2018 ?

Petit déjeuner MIFID 2

Petit-déjeuner MIFID 2

Petit-déjeuner MIFID 2 1024 768 Twelve Consulting

En juillet 2017, nous organisions un petit-déjeuner thématique : Profitez de MIFID2 pour faire vivre une belle expérience à vos clients ! » Une approche originale guidée par l’expérience client dans le respect des obligations réglementaires. Avec la participation de la Fintech Neuroprofiler et son outil innovant de profilage de risque.

Les thèmes abordés étaient :
Voyez la réglementation sous un nouveau jour !
Comment mieux servir vos clients tout en respectant vos obligations ?
Comment les rendre acteurs de la mise à jour de leurs données ?

 

4 idées à retenir du Salesforce World Tour

4 idées à retenir du Salesforce World Tour 840 470 Twelve Consulting

Plusieurs de nos Twelveurs se sont rendus au Salesforce World Tour organisé au Parc des Expositions début juin afin de découvrir les nouveautés de l’éditeur et de ses partenaires. Au cas où vous auriez manqué l’événement ou si vous n’avez pas eu le temps de tout voir, nous avons préparé un court article où nous avons condensé les 4 idées à retenir :

 

    1. La nouvelle interface  graphique Salesforce Lightning est (enfin) arrivée à maturité. Lors de son lancement il y a 2 ans (DF 2015), Lightning avait été présenté comme la” nouvelle interface utilisateur qui allait révolutionner l’usage de la plateforme. Le décalage entre l’annonce et la disponibilité ainsi que le nombre limité de fonctionnalités n’ont pas permis de tenir la promesse sur la première année suite au lancement mais aujourd’hui la solution est mature et l’experience utilisateur en phase avec la promesse. Les clients qui étaient en encore en attente de la complétude de la nouvelle interface vont pouvoir désormais migrer en toute sérénité et nous les encourageons vivement à le faire. Au delà de l’amélioration de l’usage, Salesforce Lightning va permettre un gain d’efficacité significatif pour développer des pages grâce à App Builder et des ressources comme Lightning Design System.

 

    1. Les premières fonctionnalités offertes par l’Intelligence Augmentée Einstein” sont désormais disponibles. Lors du Dreamforce 2016, nous avions été quelque peu déçus par le manque de cas d’usage d’Einstein. Le Salesforce World Tour était bien plus satisfaisant de ce point de vue. Il est d’ores et déjà possible (depuis la dernière release) d’entraîner un algorithme à reconnaître des patterns et à effectuer des prédictions. D’ailleurs, l’IA de Salesforce est capable d’elle-même d’effectuer un certain nombre de recommandations, par exemple pour déterminer les leads les mieux qualifiés. Cette IA est présente sur la plupart des pages et sa logique est toujours accessible. Par exemple un volume d’emails important et des coordonnées valides augmenteront le score d’un lead. Enfin, Salesforce prévoit dans un futur proche d’offrir à l’utilisateur final la possibilité de personnaliser davantage l’IA selon ses besoins métiers.

 

    1. Formation et gamification au coeur de la stratégie d’expansion de Salesforce. Dès l’entrée sur le salon, les activités proposées et les décors reprenaient le style de Trailhead, la plateforme de formation ludique de Salesforce. Plus qu’un simple site web pour se former à Salesforce, Trailhead est aujourd’hui un centre virtuel permettant de s’auto-former à la solution mais d’accéder aussi à un tutoriel (Mooc) sur des sujets connexes comme le management et le design. On ne parle plus de leadership mais de learnership”. Nous utilisons de plus en plus cette plateforme et le fait qu’elle dispose de ressources supplémentaires va permettre a nos clients et à nos consultants de monter encore plus vite en compétence sur Salesforce.

 

  1. Le rachat récent du DMP KRUX permet une approche marketing beaucoup plus ciblée et permet à Salesforce d’avoir une solution complète sur B2C. Lors de la keynote principale (que vous pouvez retrouver ici), l’entreprise Good Goût, spécialisée dans les produits bio pour les bébés n’a pas laissé indifférent. La plateforme DMP, intégrée avec Marketing Cloud et Commerce Cloud permet de booster les ventes de petits pots grâce à un ciblage précis. Il ne s’agit plus de faire des campagnes marketing comme on envoie une bouteille à la mer, mais de recouper des données clients afin de pré-qualifier l’audience et de constituer des segments. Orange Bank, qui est intervenu pour présenter en avant-première ses nouveaux services a d’ailleurs indiqué avoir choisi Salesforce comme principal partenaire afin d’offrir une expérience client à la mesure de ses ambitions. 

 


 

Twelve hack l'école 42

Twelve hack l’école 42 !

Twelve hack l’école 42 ! 806 1024 Twelve Consulting

Ce week-end, 5 Twelveurs ont participé à leur premier hackathon avec des étudiants D’Hec Digital, de 42 et d’Icart.

Au menu du week end :
Ouverture des hostilités à 9h avec le brief de Stéphane Madoeuf, responsable Master Digital à HEC, suivi du pitch des projets, constitution des équipes et c’est parti pour 48h de création autour de l’art et de l’expérience utilisateur ponctuées de café, de pause sandwich et de DJ Set très pointus !

Célyha, Clara, Pierre et Gauthier ont intégré les équipes d’étudiants pour mettre leur expérience au service de projets innovants.
Christophe quant à lui est intervenu en tant que coach et juré pour évaluer les différents projets et décider avec les autres jurés des 3 vainqueurs.

Après des délibérations animées, l’annonce des gagnants et quelques bouteilles de champagnes offertes, les Twelveurs et les étudiants se sont retrouvés autour d’un cocktail. L’occasion de partager leur expérience et, qui sait, de dénicher la startup de demain !

Merci à 42 pour le challenge et à l’année prochaine pour la 3eme édition

CES 2017 Épisode 4/4 « Nos entreprises françaises, stars de Las Vegas ! » by Christophe Amouroux TWELVE 28 FÉVRIER 2017

CES 2017 Épisode 4/4 « Nos entreprises françaises, stars de Las Vegas ! » by Christophe Amouroux

CES 2017 Épisode 4/4 « Nos entreprises françaises, stars de Las Vegas ! » by Christophe Amouroux 1024 768 Twelve Consulting

CES : Après Amelie, Markus et Jérémy, Christophe boucle cette série de 4 articles

Le CES est devenu un événement majeur pour les entreprises françaises et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si nos politiques étaient si nombreux cette année ! Nous représentions la 3e présence mondiale derrière les Etats-Unis et la Chine avec plus de 270 exposants. Cette présence française était très prégnante et il ne se passait pas 5 minutes sans entendre ou voir des français. Nul besoin en effet de nous entendre pour nous reconnaître 🙂

Au delà de la présence, j’ai ressenti une réelle dynamique française portée par nos startups mais aussi par de grands groupes que je n’attendais pas forcément sur ce terrain et qui m’ont agréablement surpris. Je pense en particulier à La Poste et à son programme French IoT composé de 127 startups, mais aussi à Schneider ou encore Malakoff Mederic qui ont eu la bonne idée de partager leurs stands et montrer les synergies possibles entre leurs services pour améliorer l’expérience de leurs clients. 

Alors que la plupart des entreprises sont aujourd’hui organisées autour de leur offre (banque, assurance, santé, retail…), la Poste tente un nouveau positionnement autour de ses usagers en tant qu’agrégateur de services et tiers de confiance. Cette nouvelle approche a donné naissance à un hub capable de reconnaître les objets connectés à portée de réseau et de permettre à l’utilisateur d’en prendre le contrôle dans un espace sécurisé. Le hub se pilote à partir de son smartphone ou sa tablette et il devient ainsi possible de contrôler tous les objets d’une maison connectés à partir d’un tableau de bord virtuel : activer l’alarme, réguler automatiquement la température des radiateurs, prévenir l’utilisateur en cas d’anomalie détectée via l’un des capteurs (détecteur de mouvement, de chaleur, etc.),…

La France est reconnue pour son expertise sur les domaines de l’analyse de données et de l’intelligence artificielle. Nous avons la capacité à occuper un rôle majeur dans l’innovation mais nous devons trouver les moyens de « nourrir » cette intelligence avec nos propres données. Comme nous le rappelle Laurent Alexandre dans son intervention au Sénat sur l’impact de l’IA sur le travail, les données sont aujourd’hui captées par les GAFA et une dizaine de plateformes qui sont concentrées aux Etats-Unis et en Chine. En matière d’intelligence artificielle, il vaut mieux en effet un très grand nombre de données avec des algorithmes moyens que de super algorithmes avec peu de données.

C’était mon premier CES, mais aussi mon premier séjour à las Vegas et je n’ai pas été déçu du voyage ! C’est un peu comme si j’avais passé une semaine à Disneyland.  Que vous soyez dans les salons du CES entourés de robots et de drones ou dans le centre de Las Vegas au pied du Bellagio ou de l’hôtel de Paris, tout est « too much » et c’est ce qui en fait une experience étonnante. Je pourrais aussi vous parler d’une fin d’après midi arrosée au Don Pérignon 2006 ou de quelques soirées mémorables avec Amelie, Jérémy et Markus dans les boîtes de nuit des hôtels mais je ne le ferai pas car ce qui se passe à las Vegas reste à las Vegas 😉

Christophe Amouroux
Président et Fondateur de Twelve Consulting
CES 2017 Épisode 1/4 « La smart-home et l’innovation durable au service d’un monde plus responsable » by Amélie Landry

CES 2017 Épisode 1/4 « La smart-home et l’innovation durable au service d’un monde plus responsable » by Amélie Landry

CES 2017 Épisode 1/4 « La smart-home et l’innovation durable au service d’un monde plus responsable » by Amélie Landry 713 535 Twelve Consulting

CES 2017 : A tête reposée Amélie, Markus, Jeremy et Christophe nous racontent à travers une série de quatre articles ce qui les a le plus marqué durant leur séjour à Las Vegas. Amélie est la première à prendre la plume sur le thème de la smart-home et l’innovation durable au service d’un monde plus responsable.

L’IOT est une des tendances phares de ce CES. Quels que soient notre sensibilité ou nos centres d’intérêt, il existe aujourd’hui un objet connecté pour nous assister. Pour autant, la majorité d’entre eux sont des gadgets qui ne dépasseront pas le stade du prototype car leur manque de valeur d’usage est manifeste. Je suis personnellement sensible au respect de l’environnement et c’est donc naturellement les objets connectés liés à l’innovation durable qui ont attiré mon attention.

Qu’est-ce que l’innovation durable ? C’est une innovation qui est respectueuse de l’Homme et de l’environnement. C’est une innovation qui tente de mêler l’utile à l’agréable, de réduire l’impact de l’homme sur l’environnement, faire des économies d’énergie tout en améliorant son confort de vie. C’est l’idée que des objets peuvent enfin nous aider à porter nos convictions et à adopter de nouveaux gestes quotidiens plus responsables. L’objectif est donc d’additionner les petits gestes individuels pour changer les choses au niveau global. Selon l’ADEME, en Europe, la production moyenne de déchets par personne est d’environ 577 kg par an mais seulement un tiers de ces déchets serait actuellement recyclé.

A ce titre, la startup Uzer et son boîtier connecté « Eugène » (en référence à Eugène Poubelle) rentre dans cette mouvance. Eugène se positionne près d’une poubelle et permet de scanner les emballages avant de les jeter. Le boîtier indique si les déchets sont recyclables et dans quelle poubelle les jeter (jaune, verte,…). Connecté à votre smartphone, Eugène vous communique les économies d’énergie réalisées et votre empreinte écologique. L’économie d’énergie est aussi au coeur de la startup Solable, qui a présenté LaDouche, le premier chauffe-eau thermocyclique et intelligent. LaDouche permet de réduire de 20% la consommation d’eau et d’économiser 80% de l’énergie consommée pour chauffer l’eau. Il n’y a donc potentiellement plus besoin de ballon d’eau chaude.

 

Amélie Landry,
Associé chez Twelve Consulting

 

Salon RENT 2016 : les Twelveurs à la rencontre de notre futur environnement

Salon RENT 2016 : les Twelveurs à la rencontre de notre futur environnement

Salon RENT 2016 : les Twelveurs à la rencontre de notre futur environnement 1024 576 Twelve Consulting

En 2013, la première édition de RENT (Real Estate New Tech) voyait le jour. 3 ans plus tard, le salon s’est imposé comme un rendez-vous incontournable pour les professionnels de l’immobilier. Plus de 150 exposants y présentent leurs innovations technologiques à destination des acteurs du secteur avec pour objectif de « commercialiser l’immobilier ». RENT 2016 est donc l’opportunité pour les promoteurs, agences immobilières, administrateurs de biens, syndics de copropriétés etc. de réaliser une veille sur les technologies à l’origine de la transformation de la profession.

 

Ce qu’il fallait retenir de la conférence : « Les stratégies digitales des professionnels de l’immobilier » 

Après les transports, le tourisme, on parle désormais d’« Uberisation » de l’immobilier. Depuis quelques années on assiste à l’arrivée d’acteurs du numérique sur le secteur. Il est aujourd’hui évident que les nouvelles technologies sont au cœur de l’immobilier et il est de la responsabilité des différents acteurs de devenir acteur du changement en les considérant comme de véritables leviers de croissance et de pérennité. 76% des professionnels de l’immobilier estiment que les clients sont plus exigeants, c’est ainsi que le digital doit permettre de répondre à cette montée en exigence des clients.

Quelques exemples de mise en application du digital :

  • Mise en avant des agences, de biens à vendre sur les réseaux sociaux
  • Digitalisation de la transaction allant de la dématérialisation des différents documents jusqu’à la signature digitale sur smartphone
  • Visites virtuelles
  • Prise de RDV en ligne
  • Home staging virtuel permettant la valorisation d’un bien
  • Enrichissement des annonces
  • Prévisite grâce à la réalité virtuelle permettant une présélection des biens à faire visiter et un gain de temps pour les négociateurs
  • Géolocalisation d’un bien et de son environnement
  • Reportages photo réalisés par un professionnel pour valoriser l’annonce
  • Génération de trafic via Google
  • Campagnes mailing destinées à informer sur les nouveaux biens et les actualités d’une agence

 

Parmi les obstacles à la mise en œuvre de certaines technologies, les professionnels de la profession évoquent dans l’ordre : le manque de budget, l’« Uberisation » du secteur, les difficultés à évaluer le ROI et la résistance de certains clients au digital.

Henry Busy-Casaux (Président de l’IMSI-Institut du Management des Services Immobiliers) pense qu’il est important que les professionnels mettent l’accent sur leur activité de conseil et d’accompagnement humain et évoque le numérique comme un remède à l’inflation réglementaire. Il termine son intervention par « Uberisez vous vous-même ».

 

Ce qu’en pensent les Twelveurs : 

Une forte présence d’acteurs de l’imagerie (photo professionnelle, 3D, réalité augmentée etc.) et de la géolocalisation. On comprend ce phénomène lorsqu’ Arnaud Viallaneix (Directeur Marketing Communication et Digital Foncia) nous explique que le plan 3D a permis à Foncia de générer 3 fois plus de contact. L’idée étant de donner à un potentiel acquéreur le maximum d’informations lui permettant de se projeter dans son bien et de façon générale dans son futur environnement (immeuble, ville, etc.)

 

Vous êtes