Salesforce

Dreamforce 2017 : L’IA et Einstein au coeur des nouveaux usages

Dreamforce 2017 : L’IA et Einstein au coeur des nouveaux usages

Dreamforce 2017 : L’IA et Einstein au coeur des nouveaux usages 460 330 Twelve Consulting

Suite et fin de notre série sur le Dreamforce 2017. Vous pouvez retrouver nos deux précédents articles : « Dreamforce 2017 : Einstein et les Trailblazers à tous les coins de rue » et « Le 1er Twelve Talk sur l’influence de l’art urbain sur l’UX… et nos meilleurs clichés« . Cette année, l’intelligence artificielle était au coeur de la majorité des échanges et Marc Benioff (CEO de Salesforce) a clairement affiché sa volonté d’adopter les dernières avancées technologiques – en particulier en matière d’IA – et d’investir dans l’éducation avec Trailhead et des partenariats. 

L’intelligence artificielle est sujette à de nombreux fantasmes ces derniers temps. Mais loin de Terminator et des films de science fiction, notre usage de l’IA est aujourd’hui beaucoup plus terre-à-terre. Selon Nicolas Sekkaki, président d’IBM France : « L’essence de l’IA, c’est la data. Aujourd’hui, la data est aussi précieuse pour les entreprises que le pétrole. Si on arrive à bien l’extraire, cela peut être très fructueux, et on peut l’utiliser pour divers projets. Mais la data est surtout précieuse pour améliorer l’expérience client. C’est ce qu’ont fait Airbnb, Uber …  Ils ont étudié la data de leur cible, et ont adapté leur service » .

C’est justement ces recherches très coûteuses pour exploiter la data que seuls les GAFA pouvaient se permettre qui sont démocratisées et rendues accessibles par Salesforce via ses technologies Einstein. La promesse de Salesforce est très forte, car selon eux il n’y aura plus besoin – grâce à MyEinstein – d’avoir des data scientists pour faire de l’IA. D’ici quelques années, la plupart des entreprises seront assistées par de l’IA d’une manière ou d’une autre. Cette conférence nous a particulièrement plu à ce sujet (cliquez ici). Si les fonctionnalités d’IA étaient déjà présentes au précédent Dreamforce, cette année nous en avons vu des cas d’usage précis via des démonstrations live.

Einstein (nom donné à l’Intelligence Artificielle de Salesforce) et sa capacité à personnaliser son expérience de la plateforme étaient clairement le point central du Dreamforce. On en trouve des déclinaisons dans tous les produits Salesforce, que ce soit Sales Cloud, Service Cloud, Marketing Cloud ou encore Commerce Cloud.

Parmi l’ensemble des nouveautés, plusieurs d’entre elles ont retenu notre attention :

* Le partenariat entre Salesforce et Google : C’est sans doute l’une des principales annonces du Dreamforce. On peut s’attendre à voir en 2018 une intégration profonde de la Google Suite dans Salesforce, avec notamment la possibilité de modifier des records Salesforce directement dans Google Sheets. Les données de Google Analytics pourront aussi être disponibles sur Salesforce et être utilisées par exemple dans le cadre de campagnes marketing.

* myEinstein : Cette fonctionnalité majeure est le reflet de la volonté d’aider les utilisateurs, qu’ils soient développeurs ou admins, à customiser leur instance de Salesforce avec de l’intelligence artificielle. Cette année Salesforce a fait la démonstration d’outils présentés sous la forme de formulaires à partir desquelles on peut créer un modèle prédictif d’intelligence artificielle sans que cela nécessite des compétences en programmation/data scientist, y compris pour des champs et objets custom. La promesse est forte et nous y croyons. Reste maintenant à Salesforce d’être à la hauteur des attentes. Nous avons hâte de tester MyEinstein nous-mêmes pour nous en faire notre propre idée.

* myTrailhead : On ne présente plus Trailhead, le site permettant d’apprendre à utiliser Salesforce de manière ludique. Celui-ci va connaître une déclinaison dénommée myTrailhead, qui permettra de créer une plateforme d’apprentissage personnalisée selon les besoins du client.

* myLightning : Cette fonctionnalité offre la possibilité de modifier le thème de l’interface Lightning pour le personnaliser en fonction de l’entreprise.

* Quip : La solution de documents collaboratifs dont Salesforce a fait l’acquisition se voit enrichie de nouvelles fonctionnalités. L’accent a été mis sur la visualisation de données en temps réel : compteurs, calendriers, enregistrements salesforce. Si par exemple on met à jour un enregistrement dans Salesforce, le document Quip se met à jour en temps réel.

Ce Dreamforce 2017 n’aura peut-être pas été celui des annonces fracassantes – contrairement à celui de 2016 où Einstein avait été annoncé – mais il témoigne parfaitement de la volonté de Salesforce d’adopter les dernières avancées technologiques, que ce soit dans l’intelligence artificielle, l’internet des objets ou encore les solutions collaboratives.

Si vous souhaitez voir les vidéos de Dreamforce, vous pouvez vous rendre ici.

Dreamforce 2017 : Einstein et les Trailblazers à tous les coins de rue

Dreamforce 2017 : Einstein et les Trailblazers à tous les coins de rue 1024 721 Twelve Consulting

Au début du mois de Novembre, nos quatre Twelveurs Amélie, Arnaud, Clara et Pierre se sont rendus à San Francisco afin de participer au Dreamforce 2017.  Cette année, c’est plus de 170 000 visiteurs qui ont pris d’assaut le centre ville de San Francisco. Plus de 2500 conférences réparties sur 4 jours (6-9 novembre), des quartiers centraux de San Francisco quasi privatisés, ainsi que des intervenants internationalement connus : Michelle Obama, Ashton Kutcher, Mark Cuban, Laurene Powell Jobs, will.i.am, Diane Greene et Ginni Rometty pour n’en nommer que quelques uns. Retour sur cet événement à l’organisation bien rodée. A suivre, deux articles sur notre expérience californienne : « Dreamforce 2017 : L’IA et Einstein au coeur des nouveaux usages » et « Le 1er Twelve Talk sur l’art urbain et son influence sur l’UX… et nos meilleurs clichés« .

Pendant quatre jours, la ville vit véritablement au rythme de Salesforce. On trouve des panneaux publicitaires partout, les restaurants et bars sont complets et il est difficile de trouver une chambre d’hôtel… Une expérience à elle seule impressionnante, car vous l’imaginez bien, 170000 trailblazers dans les rues, ça ne passe pas inaperçu ! 

Ces quelques jours sont clés dans la stratégie de Salesforce. Au delà des conférences, c’est une démonstration de force pour la marque et son CEO Marc Benioff. Et pour cause, Salesforce alloue plus ou moins 50% de ses bénéfices aux ventes et marketing, et le Dreamforce représente une part considérable :

Salesforce est aussi visible lorsqu’on arrive à San Francisco. Sur la photo ci-dessous on distingue nettement la Salesforce Tower, encore en cours de construction et qui devrait être l’une des plus hautes tours de la côte ouest américaine :

Dans notre second article sur le Dreamforce, retrouvez les principales nouveautés et comment Salesforce mise sur l’IA.

Bonus

Le concert Dreamfest avec en tête d’affiche Lenny Kravitz et Alicia Keys.

 

4 idées à retenir du Salesforce World Tour

4 idées à retenir du Salesforce World Tour 840 470 Twelve Consulting

Plusieurs de nos Twelveurs se sont rendus au Salesforce World Tour organisé au Parc des Expositions début juin afin de découvrir les nouveautés de l’éditeur et de ses partenaires. Au cas où vous auriez manqué l’événement ou si vous n’avez pas eu le temps de tout voir, nous avons préparé un court article où nous avons condensé les 4 idées à retenir :

 

    1. La nouvelle interface  graphique Salesforce Lightning est (enfin) arrivée à maturité. Lors de son lancement il y a 2 ans (DF 2015), Lightning avait été présenté comme la” nouvelle interface utilisateur qui allait révolutionner l’usage de la plateforme. Le décalage entre l’annonce et la disponibilité ainsi que le nombre limité de fonctionnalités n’ont pas permis de tenir la promesse sur la première année suite au lancement mais aujourd’hui la solution est mature et l’experience utilisateur en phase avec la promesse. Les clients qui étaient en encore en attente de la complétude de la nouvelle interface vont pouvoir désormais migrer en toute sérénité et nous les encourageons vivement à le faire. Au delà de l’amélioration de l’usage, Salesforce Lightning va permettre un gain d’efficacité significatif pour développer des pages grâce à App Builder et des ressources comme Lightning Design System.

 

    1. Les premières fonctionnalités offertes par l’Intelligence Augmentée Einstein” sont désormais disponibles. Lors du Dreamforce 2016, nous avions été quelque peu déçus par le manque de cas d’usage d’Einstein. Le Salesforce World Tour était bien plus satisfaisant de ce point de vue. Il est d’ores et déjà possible (depuis la dernière release) d’entraîner un algorithme à reconnaître des patterns et à effectuer des prédictions. D’ailleurs, l’IA de Salesforce est capable d’elle-même d’effectuer un certain nombre de recommandations, par exemple pour déterminer les leads les mieux qualifiés. Cette IA est présente sur la plupart des pages et sa logique est toujours accessible. Par exemple un volume d’emails important et des coordonnées valides augmenteront le score d’un lead. Enfin, Salesforce prévoit dans un futur proche d’offrir à l’utilisateur final la possibilité de personnaliser davantage l’IA selon ses besoins métiers.

 

    1. Formation et gamification au coeur de la stratégie d’expansion de Salesforce. Dès l’entrée sur le salon, les activités proposées et les décors reprenaient le style de Trailhead, la plateforme de formation ludique de Salesforce. Plus qu’un simple site web pour se former à Salesforce, Trailhead est aujourd’hui un centre virtuel permettant de s’auto-former à la solution mais d’accéder aussi à un tutoriel (Mooc) sur des sujets connexes comme le management et le design. On ne parle plus de leadership mais de learnership”. Nous utilisons de plus en plus cette plateforme et le fait qu’elle dispose de ressources supplémentaires va permettre a nos clients et à nos consultants de monter encore plus vite en compétence sur Salesforce.

 

  1. Le rachat récent du DMP KRUX permet une approche marketing beaucoup plus ciblée et permet à Salesforce d’avoir une solution complète sur B2C. Lors de la keynote principale (que vous pouvez retrouver ici), l’entreprise Good Goût, spécialisée dans les produits bio pour les bébés n’a pas laissé indifférent. La plateforme DMP, intégrée avec Marketing Cloud et Commerce Cloud permet de booster les ventes de petits pots grâce à un ciblage précis. Il ne s’agit plus de faire des campagnes marketing comme on envoie une bouteille à la mer, mais de recouper des données clients afin de pré-qualifier l’audience et de constituer des segments. Orange Bank, qui est intervenu pour présenter en avant-première ses nouveaux services a d’ailleurs indiqué avoir choisi Salesforce comme principal partenaire afin d’offrir une expérience client à la mesure de ses ambitions. 

 


 

Dreamforce 2016 à San Francisco Outdoor avec Twelve Consulting

Dreamforce 2016 « L’Intelligence Artificielle au service de l’Intelligence Relationnelle »

Dreamforce 2016 « L’Intelligence Artificielle au service de l’Intelligence Relationnelle » 900 475 Twelve Consulting

Du 6 au 9 octobre derniers, 4 Twelveurs ont participé à Dreamforce 2016, l’événement annuel organisé par Salesforce à San Francisco. DF 2016 était-il un bon cru et qu’en avons-nous retenu ? Plutôt que de vous faire un inventaire à la Prévert de « tout ce que vous devez retenir de Dreamforce 2016 » nous avons préféré vous donner une vision un peu plus large de l’événement tant sur le fond que sur la forme.

 

L’économie de l’attention à l’ère de l’homo numericus

Nous avons créé plus de données en l’espace de deux ans que depuis le début de l’histoire de l’humanité. Cette surabondance est un élément de complexité pour les entreprises. Celles-ci n’exploitent que 20% des données qu’elles collectent et peinent de plus en plus à capter l’attention des clients finaux. Pour s’adresser au shopper d’aujourd’hui il faut du contenu pertinent, hyper-personnalisé et donc savoir utiliser toute l’information disponible et la rendre intelligente. Cette thématique était au cœur des keynotes du Dreamforce 2016 et constitue l’un des piliers de la roadmap de Salesforce pour les années à venir.

 

Davantage de contact humain grâce aux gains de productivité rendus possibles par l’IA

L’IA n’est pas une nouveauté en soi. On la retrouve déjà dans le milieu bancaire avec les robo-advisors qui recommandent des allocations de portefeuille en fonction du profil de l’investisseur, ou encore avec Julie Desk pour faciliter l’organisation de rendez-vous. La réelle nouveauté c’est Einstein, l’IA intégrée à l’ensemble de la plateforme Salesforce, car cela va permettre d’identifier des motifs répétés (patterns) que l’humain est incapable de voir seul dans les datasets.

L’humain n’est pas remplacé, il supervise et voit ses capacités augmentées. Salesforce va contribuer à renforcer l’intelligence relationnelle car son IA va automatiquement évaluer des données (en particulier les leads et les opportunités) afin de donner des « insights » aux commerciaux en leur suggérant le meilleur moment pour contacter un prospect ou encore les prochaines étapes dans le cycle de vente. Davantage de tâches chronophages et administratives pourront être déléguées à l’IA. Les gains de productivité vont libérer du temps qui pourra être consacré au contact humain avec le client.

 

Améliorer la réceptivité du client grâce à une stratégie de contenu et une logique de ciblage plus fines

Einstein va apporter des améliorations à l’ensemble des briques de la plateforme Salesforce. Les clouds Sales et Marketing vont recevoir des améliorations de leurs algorithmes de scoring afin de leur donner une dimension prédictive. Le risque d’attrition pourra ainsi être mieux évalué et il sera possible de réagir avant qu’il ne soit trop tard, par exemple avec un geste commercial. Salesforce va affiner l’analyse des signaux faibles sur les réseaux sociaux et scanner les boîtes de réception des commerciaux afin de faire ressortir les meilleures opportunités. Une nouvelle interface LiveMessage dont l’objectif est de centraliser les échanges avec le client sur une interface unifiée a été présentée. Celle-ci permettra d’engager la conversation avec le client sur son canal de préférence.

A plus long terme, on pourrait tout à fait imaginer que la brique E-Commerce issue du récent rachat de DemandWare pourrait être pleinement intégrée à la plateforme, en particulier à Service Cloud, Sales Cloud et Marketing Cloud.

 

Des promesses à concrétiser

Dreamforce c’est toujours un lot de surprises et d’effets « wow ». D’abord par le tour de force qui consiste à organiser en plein San Francisco un événement avec plus de 171 000 invités venant de 83 pays, à faire venir des guest stars pour des keynotes et à organiser des concerts (U2 cette année) !

Néanmoins nous avons été surpris par le manque de réelles nouveautés. La plupart des « annonces » étaient déjà connues depuis plusieurs mois. Même les use cases présentés étaient assez limités et ne permettaient pas de saisir tout le potentiel d’Einstein. Quant à la roadmap, elle est encore floue et pour le moment il est difficile de savoir à quel horizon nous pourrons réellement profiter des nouveautés. Rendez-vous en 2017.

 

P.S. Ci-dessous quelques photos de notre séjour à San Francisco, du keynote CEO Series et du concert de U2.

 

 

 

 

Dreamforce 2016 : les Twelveurs au coeur de l’innovation !

Dreamforce 2016 : les Twelveurs au coeur de l’innovation ! 1024 992 Twelve Consulting

Twelve est présent au Dreamforce 2016 à San-Francisco et vous livre, vu de l’intérieur, les innovations de cette année.
L’évènement phare de cette 13ème édition est sans conteste la présentation de sa nouvelle intelligence artificielle modestement nommée : Einstein. 

Einstein capte en continu, sur la plateforme Salesforce, des informations provenant de nombreuses sources telles que les emails, les documents ou encore le cloud IoT. S’en suit une phase d’apprentissage qui permet, grâce au « deep learning », de construire des modèles prédictifs plus efficients. Einstein va encore plus loin en proposant aux employés des outils pour créer leurs propres applications d’intelligence artificielle.

« Salesforce Einstein infuse l’intelligence artificielle dans toute la plateforme Salesforce. Il met l’intelligence artificielle à la portée de tous, pour faciliter le travail de chacun et rapprocher plus encore l’entreprise de ses clients » Marc Benioff.

 


Retour à tête reposée sur une semaine à San Francisco pour l’évènement Dreamforce…

Retour à tête reposée sur une semaine à San Francisco pour l’évènement Dreamforce…

Retour à tête reposée sur une semaine à San Francisco pour l’évènement Dreamforce… 1600 1200 Twelve Consulting

Après avoir été submergé d’articles, d’annonces et d’informations en tout genre, ne vous attendez pas à ce que je vous redonne ici les “5 annonces les plus marquantes du Dreamforce”. Non. Ce que j’ai envie de partager avec vous, ce sont mes impressions personnelles sur ce voyage, qui a été une véritable immersion dans le monde du parcours client.

C’était mon quatrième séjour à San Francisco et je ne m’en lasse pas. C’est une ville où l’on sent une véritable énergie, entièrement tournée vers l’innovation. Entrez dans un bar, et vous entendrez forcément quelqu’un parler de la nouvelle application ou de la nouvelle start-up qui vient de se créer, ou qui vient d’obtenir la dernière plus grosse levée de fond. L’appétence des californiens pour l’innovation de rupture et leur esprit « early adopter », donne l’opportunité aux entreprises qui s’y implantent d’avoir un retour rapide sur l’accueil par le marché de leurs nouveaux modèles.

Mais l’innovation dans la Silicon Valey ne se limite pas à la technologie. Elle est aussi présente au niveau de l’organisation des entreprises qui y sont implantées et plus largement, dans l’environnement de travail qu’elles ont développé pour se renouveler et rester innovantes.

Nous avons eu la chance de visiter le siège de Facebook et j’ai trouvé cette visite…inspirante. Malgré tout ce qu’on peut entendre et lire sur le modèle Facebook, ce n’est qu’en étant physiquement dans l’enceinte de l’entreprise que vous comprenez comment une entreprise de plus de 10.000 personnes peut rester agile et innovante. Chaque collaborateur Facebook gère son temps et son lieu de travail comme il le souhaite. Tout est fait pour que chacun dispose d’un environnement de travail où il se sent bien et qui favorise les échanges. L’organisation plate (4 niveaux hiérarchiques entre Mark Zuckerberg et le développeur débutant) permet à chaque collaborateur de voir sa contribution directe au développement de l’entreprise, et aux dirigeants de rester au contact avec les équipes. Cette environnement favorise l’innovation collective et permet à Facebook de garder son esprit « start up ».

Conserver un esprit “start-up” dans un “joyeux bordel” est donc la base du succès de Facebook et des entreprises qui lui ressemblent. Pour autant, il ne faut pas occulter les effets de bord que peut entrainer un tel environnement de travail. Celui-ci devient un espace de vie agréable où tout est facile. L’implication du collaborateur est sans limite, puisque la frontière entre la vie pro et la vie perso s’efface progressivement. Le challenge sera alors du côté du salarié qui devra gérer et organiser “ses vies” de façon complètement transparente.

Mais venons-en à Dreamforce. Personnellement, je n’ai pas eu l’effet “whaou” car c’était ma quatrième participation à l’évènement, mais j’ai bien vu en revanche la petite flamme dans les yeux de mes Twelveurs pour lesquels c’était la première fois. Pour autant je suis toujours aussi bluffé par l’organisation de l’évènement : réunir plus de 140.000 personnes et transformer en quelques jours San Francisco aux couleurs de Salesforce est toujours un exploit incroyable.

Sur le fond, il n’y a pas eu de grandes annonces de rupture sur les produits. En revanche, moins d’effet d’annonce et de décalage entre la promesse et la mise à disposition sur le marché. Si nous avions en effet l’habitude d’un décalage entre l’annonce et la disponibilité des produits, la stratégie opérée pour Lightning nous a pris de cours car pour une fois, l’annonce coïncide avec sa disponibilité. Lightning n’est pas une révolution sur le plan technologique mais répond de façon très concrète et opérationnelle au besoin des entreprises au niveau de l’expérience utilisateur. L’ergonomie et la navigation ont été simplifiées dans le même esprit que Salesforce1 qui est l’application mobile de Salesforce.

Et on voit bien que l’expérience utilisateur est au cœur des préoccupations de Salesforce. En effet, l’annonce de SalesforceIQ présente une toute nouvelle approche du CRM qui devient un véritable agrégateur de données et s’adapte à son utilisateur. Non seulement celui-ci ne voit que ce qui l’intéresse, mais grâce à l’analyse de données, le CRM devient “intelligent” et apprend à mieux connaître son utilisateur pour lui produire de la donnée exclusive et unique. On va alors vers un modèle intelligent tourné vers l’utilisateur qui peut s’adresser à son client de façon beaucoup plus personnalisée.

Je terminerai en saluant la qualité des intervenants et de leurs interviews réalisées par Marc Benioff. A chaque session, c’était un plaisir de les écouter transmettre leur vision.

Si le cru 2015 a donc encore été un grand moment, le partenariat Salesforce/Microsoft promet de faire bouger les lignes sur le marché du CRM et je m’attends donc à une année passionnante pleine de changements à venir !

Christophe Amouroux
Twelve Consulting
www.twelve-consulting.com

Article publié par Twelve Consulting sur Dreamforce 2015 et notre séjour dans la Silicon Valley : https://www.twelve-consulting.com/dreamforce2015/

Dreamforce 2015 avec Julie, Christophe, Amélie être Eric

Retour sur Dreamforce’15 et notre séjour dans la Silicon Valley

Retour sur Dreamforce’15 et notre séjour dans la Silicon Valley 1600 1200 Twelve Consulting

Cette année, 4 Twelveurs se sont rendus à San Fransisco pour l’événement Dreamforce, accompagnés de notre partenaire Spoon Consulting. Dreamforce est l’événement annuel organisé par Salesforce qui rassemble plus de 145.000 personnes. Au programme : partage d’expérience et conférences, mais aussi visite de la Silicon Valley… les Twelveurs en ont pris plein la vue !

Vous ne vous êtes pas rendus à San Fransisco ? Voici leur retour d’expérience sur Dreamforce 2015 et leur visite de la Silicon Valley :

1 – Le nouveau partenariat entre Salesforce, Microsoft : quelles conséquences pour le marché du CRM ?

 

Pour la première fois Salesforce et Microsoft se sont affichés côte à côte à la grande messe du Dreamforce. L’événement était de taille car il annonce une nouvelle configuration sur le marché du Soft où des concurrents historiques se rapprochent pour compléter leurs offres et ainsi exclure un peu plus leurs autres concurrents. La construction d’un écosystème restreint entre deux grands leaders amène à se poser de plus en plus de questions sur leurs différentiations et leurs points communs. L’écart se réduit et les solutions à proposer pour convenir aux besoins du client devront  prendre en compte ces deux outils sous leurs meilleurs aspects.

2 – Vers un CRM prédictif ?

 

C’est la tendance observée au cours de ce Dreamforce, renforcée par les annonces de nouvelles applications : de la nouvelle interface Lightning, en passant par Wave jusqu’à SalesforceIQ, les applications vont de plus en plus s’alimenter via différents systèmes et passer d’un ajout simple de la donnée à sa véritable exploitation, et ce directement dans le CRM. On passe alors d’un CRM orienté processus à un CRI, “Customer Relationship Intelligence” où l’utilisateur recevra de la donnée déjà analysée et adaptée en fonction de ses besoins et de ses objectifs. La donnée va produire de la donnée; nous passerons d’un modèle statique à un modèle dynamique, voir prédictif qui apportera une nouvelle dimension à la relation client et à l’utilisation du CRM.

3 – Grossir n’est pas une fatalité !

 

C’est encore une des leçons de cet événement, qui va bien au-delà du Dreamforce et qui s’inspire de tout cet environnement ultra dynamique présent à San Francisco. L’exemple de Facebook est formateur : réussir à conserver la proximité entre les collaborateurs et à favoriser les échanges, en minimisant les strates hiérarchiques (5 au maximum) et en développant les cycles courts. Cet environnement encourage les échanges et créé une dynamique qui accélère la transformation et l’innovation à l’intérieur de l’entreprise. Cette agilité, caractéristique essentielle du modèle start-up, est un facteur clé de succès pour toute entreprise qui souhaite faire de sa transformation un succès.

4 – Mon entreprise ? J’y vais quand je veux !

 

C’est la nouvelle culture d’entreprise propulsée par des mastodontes comme Google ou Facebook : fournir au salarié un environnement de travail qui lui permet d’ajuster ses horaires et son mode de travail en fonction de ses envies et de ses besoins. Le collaborateur est considéré en tant qu’individu à part entière et se responsabilise au regard de ses objectifs fixés. Là encore, la recherche de l’efficacité et du résultat est au coeur de l’objectif, mais elle ne va pas sans se soucier du bien-être du collaborateur qui est placé au coeur du dispositif. Celui-ci doit se sentir unique et “exister” au sein de son entreprise.

 

D’un côté, on sent donc une véritable volonté des entreprises à replacer le salarié au centre du dispositif pour qu’il se sente “unique”.

De l’autre, des technologies comme le CRM prédictif qui renvoie les process au second plan. L’objectif est de se concentrer sur la vraie valeur ajoutée, l’exploitation de la donnée qui gravite autour du client et du collaborateur, pour leur fournir ce dont ils ont réellement besoin.

Cette idée de “centricité” et de rendre l’utilisateur “unique” dans son usage grâce aux technologies qui permettent de mieux le connaître est donc la tendance à retenir. Les évolutions des outils devront alors confirmer cette tendance.

 

Twelve Consulting
Suivez Twelve Consulting sur Linked-in et sur Twitter !

 

 

Twelve powered by Spoon, partenaire de Salesforce pour "Make a Wish"

Twelve powered by Spoon, partenaire de Salesforce lors d’un évènement caritatif au profit de « Make a Wish »

Twelve powered by Spoon, partenaire de Salesforce lors d’un évènement caritatif au profit de « Make a Wish » 630 452 Twelve Consulting

Le 19 juin 2015 Salesforce organisait, avec Give2, une soirée caritative à Dublin au profit de l’association Make A Wish. L’objectif était de récolter des dons et de rassembler plus de 600 personnes pour réaliser les voeux d’enfants de 3 à 17 ans atteints d’affections graves. Nos équipes et celles de notre partenaire Spoon Consulting se sont associées au projet avec joie et 3 Twelveurs se sont rendus sur place pour l’évènement.

Un grand merci à l’équipe organisatrice Give2 et aux collaborateurs Salesforce pour ce bel évènement, avec notament Romain, Christophe, Byron, Celia et Amin  (la liste n’est pas exhaustive mais ce sont les collaborateurs que nous avons rencontrés !)  ! Retour en image …

Salesforce Twelve consulting

Twelveur à Dublin chez Salesforce

Twelve Consulting chez Salesforce

Dublin-juin-2015-(21)

Soirée Give2, Salesforce à Dublin avec Twelve powered by Spoon

Twelveurs à Dublin

 

N’hésitez pas à aller faire un tour sur la page Facebook de Give2 et en attendant, quelques photo officielles de l’évènement :

Soirée Make a wish - Dublin - Salesforce - Twelve powered by Spoon (1)

Soirée Make a wish - Dublin - Salesforce - Twelve powered by Spoon (4)

Soirée Make a wish - Dublin - Salesforce - Twelve powered by Spoon (5)

 

 

Twelve Consulting
Suivez-nous sur Linked in !
Suivez-nous sur Twitter @TwelveConseil !

 

Vous êtes